Éditions Espaces 34

Théâtre traduction

Après diverses traductions liées à des mises en scène, création d’une collection "Théâtre contemporain en traduction" avec la Maison Antoine Vitez-Centre international de la traduction théâtrale

La Promenade des envahisseurs

ISBN : 978284705-266-4
EAN : 9782847052664

13x21cm, 136 p., 16 €
7 hommes, 3 femmes
Publié avec le partenariat de la Fondation du Japon, dans le cadre de JAPONISMES 2018

2021

Une petite ville au bord de la mer du Japon. Un homme a disparu depuis plusieurs jours. Lorsque sa femme le retrouve, il a changé. Il souffre de troubles de la mémoire, est déconcertant dans ses propos, sa candeur.

Les jours passant, son état s’améliore sous le regard circonspect et ébahi des autres membres de la famille et de sa femme qui se réjouit de sa nouvelle personnalité.

Cependant, en ville, d’autres personnes se mettent à présenter des symptômes similaires, comme une épidémie… La police enquête tandis qu’un journaliste rencontre un jeune homme qui lui confie être un extra-terrestre à la recherche de ses semblables…

Par le biais de la science-fiction, la pièce s’interroge sur les non-dits d’une société japonaise policée. En quoi consiste l’amour dans un couple, au sein d’une famille ? Quel avenir pour la jeunesse ? Doit-on soutenir la guerre qui se prépare ? S’engager pour sauvegarder notre planète ?

Extrait de presse

« Maekawa de son point de vue, nous parle de l’être humain à travers les phénomènes étranges qui apparaissent dans cette ville de bord de mer.

Nous pensons à Eugène Ionesco et sa pièce Rhinocéros (…) Les deux auteurs utilisent une métaphore. Le totalitarisme avec un rhinocéros chez Ionesco, et chez Maekawa un extraterrestre, dans une société japonaise policée.

Il y a parfois des promenades d’ici, avec un goût d’ailleurs.

Maekawa trempe, dans son Japon contemporain, une écriture classique limpide et agréable.

Son histoire pourrait raconter, pendant une cérémonie du thé, la mort d’un poisson rouge, dans une poche en plastique. Derrière cette allégorie supposée l’auteur s’interroge sur les non-dits de la société japonaise.

Une pièce en 22 tableaux qui ravira les amateurs de sciences-fictions, avec un théâtre de l’absurde pas piqué des hannetons. »

[Dashiell Donello, Le blog Les Dits du théâtre, 26 novembre 2021]

Le texte à l’étranger

Au Japon, la pièce l’une des plus jouées de la compagnie théâtrale Ikiume dirigée par l’auteur.

La pièce a été portée deux fois à l’écran sous les titres Avant que nous disparaissions, présenté dans la section « Un certain regard » du Festival de Cannes 2017, et Invasion par Kurosawa Kiyoshi en 2017.

Vie du texte

Une version radiophonique de la pièce a été mise en voix au Théâtre de la ville en 2018.
Elle a fait l’objet d’une diffusion sur France Culture le 18 mai 2019.

Haut