Après diverses traductions liées à des mises en scène, création d’une collection "Théâtre contemporain en traduction" avec la Maison Antoine Vitez-Centre international de la traduction théâtrale

Le repli du paysage

ISBN : 978-2-84705-192-6
EAN : 9782847051926

13x21cm, 64 p., 13 €
Publié avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale

2019

Dans un présent intemporel, au fin fond d’une campagne à la fois mythifiée et concrète, un homme néglige les travaux de la ferme depuis la mort de sa femme et se retire dans son monde. Il commence alors son « travail » : la construction d’une Machine qui saurait tout faire, comme une utopie transhumaniste, une sorte d’installation-monde métaphorique qui aspire la vie.

Son fils, jeune garçon au début de la pièce puis jeune homme, ne parvient pas à faire entendre raison au père, pas plus que le bourgmestre – voix de la raison et du compromis. Mais les eaux montent et le danger d’engloutissement se fait de plus en plus précis. La Machine elle-même se met à bruire, à parler ?

Construite sur plusieurs temporalités, la pièce est ponctuée par le duo de deux jeunes filles d’aujourd’hui, sorte de clowns shakespeariens, qui décident de partir à l’aventure, au-delà de la zone interdite autour de la machine.

La langue, en monologues bouillonnants ou dialogues vifs, très construite, ciselée, dérapant, contribue à l’impression d’inéluctabilité de la catastrophe.

Une interrogation sur la place de la spiritualité des vivants– quelle qu’en soit la nature.

Distinction

Pièce sélectionnée par le bureau des lecteurs de la Comédie-Française en 2019.

Vie du texte

Lecture- scénique dans une réalisation de Heinz Schwarzinger, lors des Journées du théâtre autrichien à Paris, Goethe Institut, Paris, le 5 février 2019.


Lecture au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, dirigée par David Tuaillon, avec Anne Kessler, Thierry Hancisse, Anna Cervinka, Jean Chevalier, Clément Bresson, 14 décembre 2019.

Haut