Après diverses traductions liées à des mises en scène, création d’une collection "Théâtre contemporain en traduction" avec la Maison Antoine Vitez-Centre international de la traduction théâtrale

A l’air libre

ISBN : 978-2-84705-090-5
EAN : 9782847050905

13x21cm, 80 p., 12,80 €
2 hommes, 1 femme

Ouvrage publié avec le soutien de la Maison Antoine Vitez - Centre international de la traduction théâtrale

2012

Théâtre contemporain en traduction ’Nta ll’aria est traduit du sicilien par Julie Quénehen

Deux ouvriers repeignent un balcon en noir. Ils semblent dans un espace hors du temps qui pourrait être l’éternité. Tandis qu’ils travaillent, ils parlent et s’interrogent. Leur dialogue est simple, dépouillé, portant sur des questions ou des faits à la fois essentiels et quotidiens.

Soudain survient une femme qui regarde le monde et qui l’écoute. Elle donne de la couleur, de l’imagination, de la vie. Elle offre un espace où le merveilleux, le burlesque, le délicat est à portée de pensées.

Tino Caspanello entend « reconstruire, dans une vision métaphysique, ces petites fulgurations quotidiennes qui trop souvent échappent à notre perception, en cueillant l’instant, pour l’habiter comme un temps de l’âme et le dire ».

Extrait de presse

« Cette écriture, construite sur des motifs récurrents fait de l’échange même le lieu d’une routine. Chacun a sa place, son rôle : celui qui pose la question, celui qui répond, celui qui doute, celui qui affirme... Cela nous dit la mécanique du quotidien dans laquelle ils sont pris, et peut faire écho aux Temps modernes de Chaplin – le corps de l’ouvrier emprisonné par le geste répétitif. »
[Estelle Moulard, la Gazette de Troisième bureau, mai 2011]

Le texte à l’étranger

’Nta ll’aria est créé en sicilien par la compagnie Teatro pubblico incanto à Castrovillari le 7 juin 2007, puis en tournée en Sicile et en Italie.

Traduction en grec et lecture à l’Institut Français d’Athènes en 2013.

Vie du texte

Lecture à Troisième bureau, lors du Festival Regards croisés, Grenoble, le 27 mai 2011.

Pièce sélectionnée pour le Prix Godot 2012 des lycéens et collégiens de Basse-Normandie, organisé par le Panta Théâtre.

Lecture lors des Lundis en coulisse du Théâtre narration, Lyon, le 30 avril 2012.

Pièce coup de cœur du Théâtre du Rond-Point, Paris.

Haut