Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Encore un jour sans

ISBN : 2-84705-046-9
EAN : 9782847050462
13x21cm, 88 p., 12 €
2 hommes, 2 femmes
Ouvrage publié avec le soutien de l’ENSATT, la Région Languedoc-Roussillon et la SACD.
E-BOOK sur http://e-fractionsdiffusion.com/telechargement/editions-espaces-34/

2008

Nous ne proposons pas d'achat en ligne. Mais certains ouvrages sont disponibles en ebook.

En périphérie d’une grande ville, à la limite des champs en friche, un hangar où vivent Yarold et Simon. A côté, une caravane dans laquelle une vieille femme, Magda, lutte seule contre un cancer.
Yarold est le fils du vieux Baral, un jour revenu au hangar avec Magda et le fils adoptif de celle-ci, Simon.

C’est Yarold qui s’occupe de Magda et de Simon depuis la mort de Baral. Il part chaque jour acheter ce qu’il faut pour vivre, ce qu’il faut contre la douleur de Magda avec l’argent que son père lui a laissé.
Mais l’argent diminue, Magda s’affaiblit et Simon reste ailleurs, inadapte, inadapté.

Qu’est-ce que ça peut bien faire alors de tuer ? comment faire pour que quelque chose arrive même si en ville, dans un bar, il y a Anita ? De toute façon jamais personne ne vient ici. Alors Yarold s’interroge.

Extraits de presse

« Simon est un débile au cœur tendre. Il veille sur un arbre, une araignée et la vieille Magda. Sa vie est rythmée par le ronron de la machine à laver qui lui indique quand Yarold reviendra au hangar.
Yarold est le seul à s’aventurer en ville. Mais il revient toujours à la friche. Car il a promis à Bardar son père, de veiller sur Magda, sa belle-mère et Simon, le jeune attardé dont elle s’est entichée. Bardar est mort mais la promesse court toujours.
Jusqu’au jour où l’amour le bouscule dans ses convictions. Pourquoi rester avec ces exclus de la société ? »
[Nord Éclair, 5 mai 2011]


« Sans tomber une seule fois dans le piège du misérabilisme, les acteurs évoquent et dénoncent en filigrane l’exclusion sociale. Ils vivent en dehors de la ville qui leur paraît source de jours meilleurs.

Cette histoire, imaginée par le jeune dramaturge Samuel Gallet, conte avec justesse la détresse d’un homme tiraillé entre son devoir et son envie d’évasion. Il hésite constamment entre haine et amour, entre colère et tendresse à l’égard des trois laissés-pour-compte qu’il porte malgré lui à bout de bras. Une tragédie acide qui fustige l’indifférence et donne à voir ce qui est ignoré. »
[La Voix du Nord, 05 mai 2011]


« “Ce qui m’intéresse, c’est la dimension symbolique et poétique du sentiment de ne pas avoir sa place” explique Samuel ».
[Nord Éclair, 10 février 2011]

Vie du texte

Une des cinq pièces finalistes du Grand prix de littérature dramatique 2009.

Pièce sélectionnée par Entr’Actes, Moisson des auteurs, n°37, février 2010.

Nouvelle création par la Compagnie des Choses, dans une mise en scène de Céline Dely, avec Julien Bouvard, Renaud Triffault, Annick Gernez et Céline Dely, Théâtre Massente, Lille, février 2011.

Création par la compagnie Un Pas puis l’autre dans une mise en scène de Laurence Such, avec Laurianne Baudouin, Jérémie Bédrune, Jérémy Colas et Clémentine Yelnik, en novembre 2010.
Tournée en 2011 : Le Grand Pré, Langueux (22)
Tournée en 2012 : Lamballe (22), 3 février

Première étape de travail en vue d’une création 2011, par la Compagnie Un pas puis l’autre, au théâtre de l’Union (CDN de Limoges) dans le cadre de la manifestation "Les Auteurs vivants ne sont pas tous morts", décembre 2009.

Lecture dans le cadre de Troisème Bureau, dirigée par Dominique Laidet, à Grenoble, le 19 mars 2009.

lecture à la Mousson d’été par Pierre Pradinas en août 2006.

Haut