Cette collection, créée en mai 2009, accueille des écrivains déjà publiés dans d’autres collections et de nouveaux écrivains. Elle s’adresse aux enfants du primaire et du début du collège, les textes pour adolescents étant publiés dans les collections Théâtre contemporain et Théâtre en traduction. Elle est aussi tout public.

Extrait du texte

V - UN DEAL

Mina tient la jolie montre dans sa main.

MINA- La classe intégrale !

MAYO- Elle fait chronomètre. Alarme. Calculatrice. Et puis si t’appuies sur ce bouton-là, la nuit, tu peux voir l’heure.

MINA- Tu te réveilles la nuit, toi ?

MAYO- Jamais.

MINA- Maintenant tu peux…

Un léger temps.

MAYO- Bon. Tu me la rends ?

MINA- Tu voudrais pas me la prêter un peu ?

MAYO- Impossible.

MINA- Pourquoi ?

MAYO- J’vais y aller.

MINA- Déjà ?

MAYO- Ouais.

MINA- Y a pas le feu au lac !

MAYO- Quoi … ?

MINA- T’es pressé ?

MAYO- Non.

MINA- Ben alors… Tu peux rester encore avec moi.

MAYO- Mais ton père… ?

MINA- Mon père…

MAYO- Ouais.

MINA- T’inquiète. Il viendra que si je l’appelle.

MAYO- Sûre ?

MINA- Certaine. Et puis à présent c’est différent, on se connaît.

MAYO- Ah bon.

MINA- Ouais. Tu t’appelles Mayo, je m’appelle Mina. T’étais poursuivi, j’allais faire mes devoirs. On est Dimanche. Il est 15h53. Le soleil brille. Alors ?

MAYO- J’sais pas.

MINA- Tu peux me faire confiance… J’ai été hyper cool avec toi. En plus, c’est moi qui l’ai retrouvée. Et puis j’vais pas m’envoler !

MAYO- J’y tiens vachement.

MINA- Comme à la prunelle de tes yeux ?

MAYO- En quelque sorte.

Mina réfléchit.

MINA- J’ai une idée. Tu me la prêtes et moi en échange… Elle lui chuchote quelques mots à l’oreille).

MAYO- T’es sérieuse là ?

(…)


VIII -ON A TOUS DES CICATRICES

Mina scrute Mayo.

MINA- Elle est minuscule.

MAYO- Tu ne m’as pas demandé si elle était grande, tu m’as demandé si j’avais une cicatrice.

MINA- Comment tu t’l’es faite ?

MAYO- Avec mon vélo cross, j’ai voulu faire une roue arrière et je me suis viandé la tronche.

MINA- Aie !

MAYO- Comme tu dis.

MINA- T’as pleuré ?

MAYO- Tu veux rire !

Un léger temps.

MINA- Et moi ?

MAYO- Quoi ?

MINA- Tu ne me demandes pas ?

MAYO- J’sais pas. T’as une cicatrice ?

MINA- Pas visible.

MAYO- Comment ça ?

MINA- J’peux pas te la montrer.

MAYO- Pourquoi ?

MINA- J’ai été opéré de l’appendicite.

MAYO- Lapin dis quoi ?

MINA- L’appendicite. Tu le fais exprès ? C’est un truc qu’on t’enlève du ventre qui te fait super mal.

MAYO- Un truc ? Genre quoi ?

MINA- Genre. J’sais pas. Un truc. J’ai pas voulu voir. J’suis allée à l’hôpital. On m’a mis le masque et là, je me suis endormie… Quand je me suis réveillée ben c’était terminé. On m’avait enlevé l’appendicite. Et puis j’ai gardé une cicatrice mais j’peux pas te la montrer.

MAYO- Pourquoi ?

MINA- Parce qu’elle est juste au-dessus de ma culotte.

MAYO- Ah ouais.

MINA- Alors, j’vais pas te montrer ma culotte…

MAYO- Ouais. Non.

MINA- Tu vois ?

MAYO- Ouais…

Trouble.

Ils se regardent.

MINA- Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

Un ange passe.

LA VOIX INTERIEURE- Quand tu t’ennuies, toute seule, tu cherches des trèfles à quatre feuilles dans le jardin. D’après ton père, les probabilités d’en trouver sont de 1 pour 10000. C’est énorme. Ça veut dire que pour dix milles trèfles à trois feuilles tu vas trouver un trèfle à quatre feuilles. Mais ça ne t’empêche pas de chercher. Il faut qu’il y ait du soleil. De beaux rayons qui inondent le jardin. Tu passes des heures à scruter la pelouse, avec l’espoir d’en trouver un, parce que c’est un vrai porte bonheur. Tu as fait toute la partie là-bas, mais ici, tu n’avais pas encore cherché. Quand tu fais ça, tu ne penses à rien, tu ne penses qu’à compter les feuilles des trèfles même si ça fait mal à la tête à force de concentration. Si tu en trouves un, tu auras alors dans ta main, tout le bonheur de la terre.

(…)

Haut