Éditions Espaces 34

Théâtre traduction

Après diverses traductions liées à des mises en scène, création d’une collection "Théâtre contemporain en traduction" avec la Maison Antoine Vitez-Centre international de la traduction théâtrale

Lumières blanches intermittentes

ISBN : 978-2-84705-284-8
EAN : 9782847052848
13x21cm, 80 p., 15 €
Publié avec le soutien de la Maison Antoine Vitez

2022

Lumières blanches intermittentes est un recueil de trois œuvres liées par le thème récurrent de la route, du voyage, du cheminement.

Le titre fait référence aux voitures qui passent, aux phares aveuglants parfois, mais aussi à l’incertitude. Comme s’il y avait une lumière pour nous guider, mais pas franche, susceptible de s’éteindre ou d’éblouir.

La première pièce, 502, est une succession de scènes désertiques, dépeuplées : routes, précipices, montagnes, ou simplement le brouillard, un espace imprécis et indéfini.

Le personnage principal ne sait ni d’où il vient ni où il va, mais sait qu’il s’en va.

La seconde, B, débute également sur la route et met en scène la solitude de celui qui va d’un côté ou de l’autre. Le texte est un mouvement perpétuel où se croisent plusieurs personnages.

La dernière, Le jour où elle m’a dit qu’elle avait tué le chien j’ai pris la voiture, plus courte, est là encore focalisée sur la route, trajectoire d’un homme et de son chien vers un final délirant.

Quoique fonctionnant de façon autonome, les trois textes partagent un même langage, où s’entremêlent dramaturgie et poésie, suscitant une atmosphère étrange et prégnante.

Le texte à l’étranger

Le recueil est publié sous le titre Luces blancas intermitentes chez Rara Avis Editorial, Buenos Aires, Argentine, 2018 .


B

Mise en scène et interprétation d’Isabel Toledo, Théâtre Casa de la Paz, Université Autonome Métropolitaine, México, Mexique, 2017.


Mise en scène de Nicolás Lodigiani, avec Telma CrisantiI, Club Cultural Matienzo, Buenos Aires, Argentine, 2017.


Mise en scène de Giuliana Kiersz et Ben Osborn, avec Giuliana Kiersz, Área 51, Xalapa, Mexique, 2019.


502 et Le jour où elle a dit qu’elle avait tué le chien j’ai pris la voiture

Lecture de Tejiendo Redes, Casa de Cultura, Université Autonome Métropolitaine, México, Mexique, 2019.

Haut