Éditions Espaces 34

Théâtre contemporain

Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Mon visage d’insomnie

ISBN : 978-2-84705-273-2
EAN : 9782847052732
13x21cm, 128 p., 16 €

2022

Un village en bord de mer, dans un centre d’accueil pour mineurs non accompagnés.

Harouna, 16 ans, n’est pas parti au ski. Il a préféré attendre au centre le retour de son ami Drissa, disparu depuis quelques jours.

Avec lui sont restés Élise, éducatrice de 25 ans, et André, la cinquantaine, qui vient d’arriver.

Dans ce huis-clos, en forme de thriller d’épouvante, les repères se troublent, les identités vacillent. Drissa s’est-il enfui ? ou lui est-il arrivé malheur ? Les retraités du village sont-ils en cause ?

Une réflexion politique sur la puissance de la fiction comme moyen de survie intime face à une société violente.

Distinction

La pièce est lauréate des Journées de de Lyon des Auteurs de théâtre 2021, présentés du 4 au 14 mai 2022 (dans le cadre des CONTEMPORAINES au TNP), Théâtre National Populaire — Villeurbanne.


La pièce a reçu l’aide à la création d’Artcena au printemps 2021.


Pièce recommandée par le comité de lecture de Eurodram 2022.


Pièce sélectionnée pour le XXe Prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public 2023, sélection 3e/2e.

Extraits de presse

« L’écriture de Samuel Gallet a su poser ses personnages dans une situation originale et développer son intrigue en laissant planer les doutes jusqu’aux dernières minutes.

Ses dialogues qui, sous l’apparence de la quotidienneté, se révèlent riches de non-dits, de silences et d’esquives, distillent scène après scène autant de doutes que de certitudes. Un véritable art du suspens est ici mis en œuvre intriguant autant les personnages que les spectateurs.

Mais l’intelligence de son texte ne s’arrête pas à la forme, la situation où il fait se dérouler sa trame donne à son texte une envergure beaucoup plus vaste et une matière plus touchante, plus profonde.

Tout se déroule dans un centre de vacances du bord de mer transformé en centre d’accueil pour mineurs isolés venus des pays d’Afrique et d’Europe de l’Est. C’est l’hiver. Les maisons secondaires sont vides, fermées, et les habitants restent à l’écart de cette vingtaine de jeunes
(…)

En plus de cette situation aux tensions perceptibles, le texte de Samuel Gallet ajoute les tensions induites par les trois personnages, eux-mêmes chacun en crise personnelle. Élise, la jeune éducatrice, s’apprête à quitter le centre pour aller s’occuper de sa mère malade ; André, la cinquantaine, arrive en début de pièce pour prendre son poste d’éducateur après avoir fui avec dégoût son emploi en Ehpad ; et Harouna, jeune réfugié, rescapé de la mer, tellement rongé par la peur qu’il est persuadé que les habitants du village veulent le tuer. Il faut encore ajouter à cette gerbe de tension, la disparition depuis quelques jours de Drissa, le compagnon de périple et d’exil d’Harouna. (…)

Mise en scène remarquable de Vincent Garanger. (…)

Avec "Mon visage d’insomnie", Vincent Garanger et son équipe parviennent à créer une véritable histoire, visuelle, sonore, narrative qui touche un sujet grave sans jamais alourdir le propos ni tomber dans le pathétique, mais en restant toujours tracté par l’intrigue liant les personnages. Un spectacle qui restera dans la mémoire pour l’harmonie de sa forme autant que pour la tendresse et le tragique de son propos. »

[Bruno Fougniès, La Revue du spectacle, 24 mai 2021]


« pièce captivante (…)

L’idée est géniale, l’interprétation solide et la mise en scène riche.

Une trouvaille d’écriture assure le mille-feuille de l’intrigue ; l’exclusion de ces âmes invisibilisées et fragilisées par une société qui les craint est racontée par le subterfuge en creux de l’image du sociopathe désarmé devant une société qui veut ne rien en savoir.

Par cet artifice fictionnel, la pièce interroge la fureur de vivre d’une jeune génération migrante et sa détresse face à une société qui, pour les effacer, les infantilise et qui, pour les contrôler, exige de penser à leur place.

Par un effet miroir, la dialectique entre l’attraction et la répulsion trouble la psyché d’un sociopathe meurtrier, et renvoie à nos propres dilemmes devant ces hommes bravant la mort pour s’assurer une autre existence. »

[David Rofé-Sarfati, Toute la culture, 27 mai 2021]


« La pièce commence comme un théâtre ordinaire (…)

Puis « soudain », c’est la révolution copernicienne. La situation qui était on ne peut plus ordinaire devient extraordinaire. Le ver était dans le fruit depuis déjà un bon moment, le diable était logé dans les détails depuis le début, mais progressivement le « diable » devient de plus en plus pressant, et il s’apprête à sauter à la gorge de tout le monde, en commençant par celle des lecteurs ou des spectateurs (qui « tombent des nues »). (…)

Tout au long de la pièce, il a été question d’amour. Qu’est-ce que l’amour ? Le jeune Harouna était très inquiet de cette question. »

[Blog de Jean-Michel Potiron, 15 mai 2022]


« Samuel Gallet et Vincent Garanger proposent un thriller en installant trois personnages dans un huis clos en bord de mer.

Sous-jacente, une réalité politique surgit au fil de l’intrigue : quelles illusions et quels espoirs pour les mineurs isolés qui atterrissent en France ? »

[Louise Chevillard, La Terrasse, n°301, 26 juin 2022]


« Samuel Gallet écrit un huis-clos à la tension crescendo qui termine en apothéose ! (…)

son imaginaire et ses talents de dramaturge ont donné naissance à ce thriller psychologique et politique. Les mots y claquent et respirent le mensonge, les non-dits et la folie. Un texte qui met le doute, fait régner la confusion et monter l’angoisse. (…)

Dans Mon visage d’insomnie, on se perd entre paranoïa, réalité et mensonge. Qui dit vrai ? Qui ment ? Qui invente ? Qui ne sait plus discerner la réalité ? On pressent que quelque chose se trame, qu’un élément n’est pas à sa place, mais quel est-il ? (…)

Mon visage d’insomnie parle de la peur de l’autre, de l’étranger, de l’inconnu. Les villageois sont terrorisés par ces jeunes hommes qui habitent le centre. La couleur noir leur fait peur, comme un mauvais présage. Ils imaginent des choses, mettent des étiquettes sur ce qu’ils ne connaissent pas. Un racisme qui monte, qui monte, qui monte et que rien ne peut raisonner. Jusqu’où sont-ils prêts à aller ? »

[Lucine Bastard-Rosset, Toute la culture, 17 juillet 2022]


« dès le titre Samuel Gallet annonce une couleur quelque peu étonnante mais très parlante, celle d’un « visage d’insomnie ». Un insomnie propice à toutes les audaces de l’imagination, à toutes les rêveries ; s’agit-il de mettre « en sommeil » la raison permettant d’engendrer des monstres comme aurait dit (et peint) Goya ?… (…)

Le ton est donné dès l’entame du spectacle, dès la première image, celle montrant Didier Lastère dos au public, planté devant une grande baie vitrée qui ouvre sur un horizon infini, celui de la mer au loin. Avec une lumière annonçant peut-être de futurs orages. Silence.

Avec en plan rapproché le deuxième personnage, une jeune femme campée par Cloé Lastère. Les lignes sont bien dessinées, pures. Du David Hockney. Et déjà s’installe une drôle d’atmosphère. Un drôle de « visage » général. »

[Jean-Pierre Han, Frictions, 18 juillet 2022]


« Mon Visage d’insomnie dont la lecture nous a enthousiasmé, révélant toute la richesse de l’écriture toujours en mouvements de l’auteur. (…)

Récit sur une ligne de crête, oscillant entre une forme d’hyperréalisme et les codes de l’épouvante, Mon Visage d’insomnie a de quoi stimuler la curiosité. Et nous avons été une fois encore enthousiasmés. (…)

Le travail de composition des images est absolument saisissant et donne à l’ensemble de la mise en scène un arrière-plan dynamique engloutissant presque les silhouettes des comédiens. Halluciné, on reste comme sous l’effet d’une hypnose. »

(Le travail de composition des images est absolument saisissant et donne à l’ensemble de la mise en scène un arrière-plan dynamique engloutissant presque les silhouettes des comédiens. Halluciné, on reste comme sous l’effet d’une hypnose. »

[Thierry Jallet, Wanderersite, 18 juillet 2022]


« Thriller onirique en gris, parabole peut-être sur nos vieilles sociétés paranoïaques où l’on craint un gamin parce qu’il vient de loin et où ne reste plus aux êtres vraiment humains qu’à disparaître ou à construire des Atlantides, Mon visage d’insomnie obsède le spectateur. Comme un rêve sombre aux allures de carnages. »

[Laura Plas, Les Trois coups, 19 juillet 2022]


« S’il trouble le spectateur en fuyant le réel pour se réfugier dans le rêve pour aborder la situation des migrants, l’auteur adopte délibérément un parti pris poétique et politique pour nous mettre face à une société qui rejette et infantilise.

Une fois le trouble installé et plongés dans un univers très paradoxal, nous voilà pris au piège de nos propres clichés sur les intentions des personnages qui trouvent une issue dans une échappée fantastique et remplie d’amour essayant de conjurer l’avenir. »

[Jean-Louis Rossi, LICRA, 19 juillet 2022]


« Le décor est fascinant, terriblement vrai. Au fond de la scène, un immense écran qui projette l’image d’une baie vitrée donnant sur la mer. Autant dire que cela ne fait aucun doute, nous sommes bien à quelques mètres de la plage. On sentirait presque les gouttelettes transportées par le vent sur notre visage. (…)

Djamil Mohamed propose un jeune adolescent tout à fait crédible. Dans le moindre de ses gestes, de ses mots et de ses silences, on ressent toute la colère d’un passé lourd, d’une histoire encore douloureuse, mêlée à une hargne envers la vie. Le courage d’avancer et de tout faire pour ne pas sombrer, malgré une paranoïa qui le suit comme une ombre au soleil.

Cloé Lastère incarne une éducatrice en colère, énervée par le système, par la vie, par son propre besoin d’empathie. Si ses sauts d’humeur sont peut-être trop soudains, elle reste malgré tout touchante dans l’évolution de son personnage. L’ambiguïté de ses sentiments ajoute de la tendresse à sa furie.

André, joué par Didier Lastère, pourrait être n’importe qui. Ou plutôt, ce père boomer qui fait naître la honte à ses enfants ou ses proches à la moindre mauvaise blague. Mais l’est-il vraiment ? Est-ce un rôle joué par le personnage ou le personnage lui-même ? (…)

Nous pensions venir voir une discussion sur l’immigration, sur la jeunesse migrante. Nous avons découvert une autre façon d’aborder la crainte de l’autre, qu’il nous veuille du bien ou non. »

[Christophe Mitrugno, Le Suricate, 20 juillet 2022]


« Mystérieux, Angoissant, Captivant. (…)

Le texte de Samuel Gallet est puissant. »

[Claudine Arrazat, Overblog, 24 juillet 2022]


« Cette pièce nous a littéralement bluffés. C’est simple, plusieurs jours après la représentation, nous en parlons encore avec la même stupéfaction d’avoir assisté à un moment comme celui-là au théâtre.
Sans l’ombre d’une hésitation : notre plus gros coup de cœur de cette édition du Festival OFF après Oublie-moi. »

[Mélina Hoffmann, Info tout court, 25 juillet 2022]

Vie du texte

Création dans une mise en scène de Vincent Garanger, avec Cloé Lastère, Didier Lastère, Djamil Mohamed, Théâtre de l’Ephémère, Le Mans (72), du 17 au 22 mai 2021.

Tournée 2022
— Festival d’Avignon, 11., juillet


Dans le cadre des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre, la pièce est mise en espace par Anne-Laure Sanchez, au TNP, le 14 mai 2022.

Lectures sonores d’extraits

ICI par Cloé Lastère, Didier Lastère

et ICI par Cloé Lastère, Didier Lastère, Djamil Mohamed

Haut