Éditions Espaces 34

Hors cadre

L’espace littéraire se transforme. Les écritures d’aujourd’hui demandent à être accueillies au-delà des zones définies par des termes qui enferment. L’important n’est pas l’identification catégorielle mais la pulsion qui préside à la langue et à la pensée et qui donne à la littérature ses multiples formes. Cette collection est ce lieu pour des voix, des fictions qui appellent la parole et le corps. Un trouble dans les genres, des forces en mouvement, du désir, de l’audace, de l’invention.

Traverser la cendre

ISBN : 978284705-259-6
EAN : 9782847052596

13x21cm, 64 p., 13.50 € ;
Publié avec le soutien du Centre national du livre

2021

Pendant l’extermination, ceux qui maintenant sont morts se sont soulevés, ils ont écrit, enterré leurs récits, caché les livres : leur résistance face à la déshumanisation. Pour demeurer vivants. Par les mots.

Après l’extermination, c’est au témoin de prendre la parole. Il doit rendre visibles leurs traces, déterrer leurs mots, affronter l’Histoire, dire la nudité des faits. C’est lui qui parle pour l’absent, le mort, l’inaudible, le refusé, l’invisible.

En s’adressant, par-delà la Shoah, à tous les massacrés, Michel Simonot interroge le rôle du témoin, loin de tout pathos, et invite le mort à prendre part par lui-même à ce qui s’énonce dans une fiction poétique qui suit le récit et l’exposition brute de faits.

Distinction

Le texte reçoit l’aide à la création d’Artcena, printemps 2021.


Coup de cœur du comité de lecture d’A Mots Découverts, 2021.


Pièce recommandée par le comité de lecture de Eurodram 2022.


Pièce sélectionnée pour le Prix Godot 2021-2022 du comité de lecture de La Comédie de Caen - CDN de Normandie.

Extraits de presse

« chant puissant, tragique dans le sens classique, et beau, beau par-dessus tout / les mots, le rythme, la forme »

« texte bouleversant, cri mutique »

[Comité de lecture de A mots découverts, 2021]


« Je dirais qu’il [ton texte] est à la fois terrible et nécessaire (…)

Traverser la cendre affronte courageusement l’indicible. Tu contribues avec ta pièce puissante à « fendre l’effroi », je reprends ta formule. Cris, documents, poésie, évocations, listes, réflexions, faits, s’associent en une sorte d’oratorio qui transmet des choses essentielles. (…)

Trouver la langue « d’après » n’est pas facile. Tu as réussi je crois. »

[Lettre de Robin Renucci à l’auteur, juin 2021]


« Michel Simonot traverse, creuse, fouille avec une patience archéologique, l’indicible cendre de l’innommable histoire des camps d’extermination ; où des écraseurs d’os pilonnaient les squelettes humains pour les confondre à la terre.

L’auteur, à l’encre de la cendre, à trouver et écrit la langue d’après, qui est ici et maintenant, pour que l’humanité l’apprenne et la parle à son tour : « nous connaissions notre propre mort nous vivions pour la mort nous devions être des archivistes pour les vivants après les morts nous devions être des faiseurs de traces ».

Je ne me souviens pas d’un choc littéraire depuis « Si c’est un homme de Primo Levi ».

« Traverser la cendre » est un livre que les lecteurs doivent planter dans les mémoires d’autres lecteurs pour qu’éclosent des lettres fleurs sur la terre des ghettos : « entre les dalles fragments fêlés de ta silhouette tu crois voir
il y a des fleurs
des coquelicots à l’odeur de sang
je veux les cueillir les offrir aux silhouettes qui me croisent ».

[Dashiell Donello, Le Blog des Dits du théâtre, 2 septembre 2021]


« beau, ardu et mystérieux, un de ces livres qui vous en demandent autant qu’à son auteur. (…)

Après une première partie où la Mort, au sens général, en tant que symbole, semble surgir de la cendre, en parallèle avec la parole, et où la poésie de Simonot grandit peu à peu (on imagine le texte lu à voix haute), la parole est subitement empêchée par l’impossibilité de la représentation.

Si le texte n’a jamais été concret jusqu’ici, cultivant même une certaine abstraction, il va devenir à ce moment-là très froidement descriptif : les noms des dignitaires allemands organisant la solution finale, la liste des couleurs d’étoiles suivants votre ethnie dans les camps, les dates des actes de résistance qui ont fleuri dans les différents camps, le langage se rabat pendant quelques pages sur le concret, sur le descriptif, sur les faits.

Mais on sent bien qu’il n’épuise pas ses possibilités, qu’il a encore bien des choses à dire sur le sujet : c’est alors une vaste prière qui commence, une litanie très hantée, une sorte de dialogue avec la mort qui se transforme peu à peu en monologue en revenant au présent. La cendre retourne alors à la cendre, on peut espérer que ce livre aura œuvré un peu au souvenir des morts. (…)

Simonot est un homme de théâtre, et du plus contemporain qui soit ; on ne s’étonnera pas donc de trouver dans son texte une oralité, voire une mise en scène qu’on retrouve dans la disposition des mots dans la page, dans les polices utilisées, dans ces belles pages presque entièrement blanches. (…)

il [le texte] est un prodigieux kaddish qui prend la forme d’une litanie douloureuse, d’un appel aux morts, d’une injonction à garder des traces de culture même dans le chaos (l’auteur insiste beaucoup sur ces bibliothèques brulées, sur ces manuscrits retrouvés aux abords des camps).

On est épaté par l’audace de ce texte, qui ose revenir sur ces lieux et ces actes tellement fouillés par ceux qui l’ont vécu, et qui le fait avec les armes du langage d’aujourd’hui : la poésie, l’oralité, le chant même.

Au final, voilà un livre qui va exiger beaucoup de vous, on ne va pas se le cacher, mais qui, lentement, durablement, va gagner votre cœur, et apporter sa minuscule pierre à l’édifice de la dicibilité de l’horreur (mot compte double). Nécessaire.

[Canal blog, 9 septembre 2021]


« Depuis Le But de Roberto Carlos en 2013, le dramaturge Michel Simonot creuse un sillon d’écriture unique dans le paysage contemporain. Après Delta Charlie Delta (2016), Traverser la cendre, qui vient de paraitre aux éditions Espaces 34, peut être lu comme le dernier volet de la trilogie à la fois cohérente et puissante, à la recherche d’une parole qui, l’origine, est avortée, comme en attente d’un enfantement littéraire, quasi scripturaire. (…)

Ce ne sont pas es survivants qui provoquent la parole du dramaturge, mais les morts, les sans voix, ceux qui ne sont plus que cendre – à traverser. (…)

Il y a une fébrilité dans ce texte que nous n’avions pas ressenti à la lecture des précédentes œuvres du dramaturge. Michel Simonot semble remonter la faille et le déchirement de son histoire pour retrouver la source de sa propre existence. Il explore un désert de cendres pour toucher la chair de ce qui le constitue. Ce livre s’inscrit dans la parole brisée avant que d’être prononcée. (…)

Il exhume les lambeaux de textes disséminés dans la terre de l’Histoire, non comme un excavateur, ni un inspecteur, ni même un archéologue, mais comme un fils à qui la parole fondamentale n’a pas été transmise, de sorte que les mots accourent sur la page pour tenter de lui donner une réalité, une épaisseur, une consistance. »

[Pierre Gelin-Monastier, Les Lettres françaises, septembre 2021]


« Qu’un tel texte puisse rester méconnu est impensable parce qu’il fait partie de ces rares livres qu’on a envie de garder près de soi, dans une poche de manteau, sur sa table de nuit, dans le vide-poche de la voiture, pour être sûr de l’avoir à portée de main.

Un texte à lire, relire, sans cesse. On ne dira pas « savourer », « déguster », termes impropres, inadéquats. Cette littérature-là se lit d’un coup ou parcimonieusement, ligne à ligne, page à page, on voudrait, toute distraction abolie, ne rien omettre, ne rien perdre. Au terme de la lecture, on ne sait plus. On est abasourdi. Percé, transpercé des traits décochés. Cette lecture-là est un choc. Elle ne laisse pas indemne. »

[[Jean-Pierre Suaudeau, page Facebook, septembre 2021]


« Michel Simonot a écrit un recueil de poésie pour tenter de dire l’indicible : le traumatisme de l’extermination des Juifs d’Europe par l’Allemagne nazi. (…)

Pendant l’extermination, ceux qui maintenant sont morts se sont soulevés, ils ont écrit, enterré leurs récits, caché les livres : leur résistance face à la déshumanisation. Pour demeurer vivants. Par les mots. Après l’extermination, c’est au témoin de prendre la parole.

En s’adressant, par-delà la Shoah, à tous les massacrés, Michel Simonot interroge le rôle du témoin, loin de tout pathos, et invite le mort à prendre part par lui-même à ce qui s’énonce dans une fiction poétique qui suit le récit et l’exposition brute de faits. »

[David Rofé-Sarfati, Toute la culture, 3 octobre 2021]

Vie du texte

Lecture musicale par l’auteur avec Franck Vigroux, bibliothèque de Saint-Nazaire (44) le 24 mars et Théâtre Athenor, le 26 mars 2022.


Lecture par Denis Lanoy, à la Maison Théâtre des Littératures à voix hautes, Nîmes (30), le 7 avril 2022.


Dans le cadre du Festival Regards croisés, proposé par le collectif Troisième Bureau, lecture dirigée par Danièle Klein et Geoffroy Pouchot-Rouge-Blanc, avec Léo Ferber, Gilles Najean, Geoffroy Pouchot-Rouge-Blanc, au TMG, Grenoble (38), le 20 mai 2022.

Un court extrait lu par l’auteur

ICI

Haut