Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Shell Shock

ISBN : 978-2-84705-186-5 ; EAN : 9782847051865
13x21 cm, 64 p., 13 €
Publié avec le soutien du Centre national du livre

2019

En 2003, Rebecca, photoreporter de guerre, rentre d’Irak. Elle retrouve sa fille, ses obligations professionnelles, sa vie d’ici.

Mais son quotidien, comme préparer le gâteau d’anniversaire ou envoyer les photographies à son rédacteur, est imprégné des bruits et des odeurs de là-bas, des images qu’elle a fixées. Elle est hantée par l’explosion de l’hôtel qui héberge les journalistes – un obus américain égaré ? – et par le souvenir de la petite Hayat qu’elle a photographiée et filmée.

Comment revient-on vivante de ces confrontations avec la mort ? Que faire de la culpabilité d’être survivante ? Comment continuer à travailler ? Quelle est la valeur du témoignage ?

Shell Shock est un long poème polyphonique qui nous plonge dans les ténèbres de la guerre à hauteur humaine.

Distinction

Coup de cœur 2019 de la revue Théâtre(s), magazine de la vie théâtrale.


Coup de cœur 2020 du comité de lecture du Théâtre de la Tête noire.


Pièce sélectionnée pour « Je lis du Théâtre », Théâtre Athénor, Saint-Nazaire, 2020-2021.


Pièce finaliste du Prix Scenic Youth 2021, prix des lycéens pour les nouvelles écritures théâtrales, Comédie de Béthune : résultat mai 2021.

Extrait de presse

« Rebecca est revenue d’outre-tombe. Depuis qu’elle a bouclé son reportage en Irak, depuis les cadavres et l’horreur, depuis l’insoutenable, elle tente de surnager, de préparer l’anniversaire de sa fille, d’organiser son quotidien comme si tout allait bien, tout en étant incapable de fermer les yeux.

Les rétines imprégnées du visage de Hayat, cette fillette restée là-bas, tombée là-bas, elle devient sourde aux relances de son rédacteur, elle est assaillie par les fantômes de Bagdad, rongée par l’injustice et le silence.

Shell Shock est un texte polymorphe, tantôt monologue lancinant, tantôt mélopée polyphonique. La structure est abstraite, sèche et virulente. Magali Mougel a le verbe martelé, le rythme au bout de la plume.

Ecrite pour la scène, cette œuvre est intrinsèquement vivante ; elle est aussi dure que juste. Elle prend au corps, frappe en plein cœur. »

[Babelio, Masse critique, février 2021]

Vie du texte

Lecture à la Scierie, Avignon 2019, le 16 juillet 2019 par Annabelle Sergent, avant la création.

Création dans une mise en scène de Hélène Gay, avec Annabelle Sergent, compagnie Loba, Grand R, Scène Nationale de La Roche-sur-Yon (85), les 6 et 7 novembre 2019.

Tournée 2019-2020
— Théâtre de l’Hôtel de ville, Saint-Barthélemy-d’Anjou (49), 26 et 27 novembre
— Théâtre de Chevilly-Larue (94), dans le cadre du festival Circuit Court, le 29 novembre
— Le Sablier, Pôle des Arts de la Marionnette en Normandie - Ifs (14), 21 janvier
— Le Service Culturel de Bayeux (14), les 23 et 24 janvier
— Le Lieu Unique, SN de Nantes (44), les 11 et 12 février
— Les Scènes de Pays dans les Mauges - Scène conventionnée d’intérêt national « art en territoire » - Beaupréau-en-Mauges (49), 2 et 3 mars
— La Comédie de Reims, lors du Festival Méli’Môme, Nova Villa – Reims (51), du 2 au 4 avril
— Le Festival Dédale(s), Le Tangram, SN d’Evreux-Louviers (27), les 7 et 8 avril
— L’ECAM – Le Kremlin-Bicêtre (94), 30 avril
— Théâtre de l’hôtel de ville, Saint-Barthélemy-d’Anjou (49), le 26 septembre
— Espace L.S. Senghor, Le May-sur-Evre (49), le 10 octobre

Tournée 2021
— Festival en Jeu Les Quinconces, L’espal scène nationale, Le Mans (72), le 10 février
— Festival La Tête dans les nuages, Le Théâtre d’Angoulême scène nationale, Angoulême (16), les 18 et 19 mars
— Festival Mêli’Môme Nova Villa, Reims (51), entre le 29 mars et le 3 avril

Haut