Cette collection, créée en mai 2009, accueille des écrivains déjà publiés dans d’autres collections et de nouveaux écrivains. Elle s’adresse aux enfants du primaire et du début du collège, les textes pour adolescents étant publiés dans les collections Théâtre contemporain et Théâtre en traduction. Elle est aussi tout public.

Extrait du texte

Prologue

PREMIER CONTEUR
Vieille Racine  !

DEUXIEME CONTEUR
Jeune Branche  !

PREMIER CONTEUR
Vieille Racine vient d’un chêne, d’un sapin, d’un bouleau, d’un peuplier… on ne sait pas très bien.

DEUXIEME CONTEUR
Jeune Branche vient d’un orme, d’un noisetier, d’un marronnier… on ne sait pas très bien non plus.

PREMIER CONTEUR
Et pourtant, Vieille Racine…

DEUXIEME CONTEUR
et Jeune Branche…

PREMIER CONTEUR
viennent du même arbre…

DEUXIEME CONTEUR
et ça, on le sait.

PREMIER CONTEUR
Vieille Racine ne peut vivre…

DEUXIEME CONTEUR
sans Jeune Branche, et Jeune Branche ne peut vivre…

PREMIER CONTEUR
sans Vieille Racine.

DEUXIEME CONTEUR
Printemps, Été…

PREMIER CONTEUR
Automne, Hiver…

DEUXIEME CONTEUR
nous allons vous raconter...

PREMIER CONTEUR
quelques faits divers.

Le Printemps

PREMIER CONTEUR ET DEUXIEME CONTEUR
Le Printemps.

PREMIER CONTEUR
Pour Vieille Racine,
le Printemps est une saison difficile.
À peine sortie du silence hivernal,
Vieille Racine doit aussitôt se mettre au travail.
Un travail intense.
L’Hiver vient de mourir et le réveil est brutal.

DEUXIEME CONTEUR
Jeune Branche aime le doux réveil du Printemps.
La tristesse s’est envolée,
les nuits sont encore fraîches,
mais durant le jour,
avec beaucoup de timidité,
Jeune Branche pointe le bout de son nez
pour voir le temps qu’il fait.
Lorsque le temps est à la pluie,
Jeune Branche reste dans son lit,
abritée par son écorce.
à la moindre éclaircie,
un peu moins timide,
Jeune Branche ose une sortie,
un peu plus ravie de sentir que les beaux jours reviennent.

PREMIER CONTEUR
«  Le plus difficile à passer, c’est la fin du mois de Mars et le mois d’Avril  !  »
nous dit Vieille Racine.
«  C’est vrai  ! C’est à cette période que les giboulées sont les plus violentes. Il peut tomber plus de pluie en un jour qu’il ne peut en tomber durant tout le mois de Septembre.  »
Vieille Racine a pour habitude de se plaindre. Même quand tout va bien, Vieille Racine se plaint.
«  Il faut bien que quelqu’un s’occupe de tout le monde  !  »
répète-t-elle à longueur de journée.
«  Si je ne le fais pas, qui va le faire  ? Ce n’est
pas l’autre là-haut qui passe son temps à faire l’école buissonnière.  »
Vieille Racine est la plus ancienne habitante de l’Arbre.
Elle était déjà là avant même que l’Arbre ne prenne quelques cernes.
Et à l’aube de jeunesse,
Vieille Racine travaillait déjà d’arrache-pied.
«  J’ai toujours travaillé durement pour contenter tous les habitants de l’Arbre. Que ce soit
le Grand Tronc, la Famille des Branches, la Colonie des Feuilles, je ne les ai jamais laissé mourir de soif.  »

DEUXIEME CONTEUR
«  J’ai soif, Vieille Racine, et j’aurais besoin d’eau pour ma toilette.  »
Voilà le genre de demande que Jeune Branche se plaît à ressasser à longueur de journée. Surtout au Printemps.
Jeune Branche passe ses journées à se faire belle,
la plus belle possible,
pour accueillir son amie,
son amie l’hirondelle.
«  Fais monter un peu d’eau, Vieille Racine, je suis à peine bourgeonnante, et mon amie ne va pas tarder. Je suis impatiente de recevoir mon amie l’Hirondelle la Pie qui, à chaque retour de ses voyages, me fait rêver par ses récits, au plus tard de la nuit.  »

PREMIER CONTEUR
« À chaque retour d’Hirondelle la Pie, c’est le retour des insomnies.  »
lui répond Vieille Racine.

DEUXIEME CONTEUR
«  Un peu d’eau s’il te plaît Vieille Racine  !  »

PREMIER CONTEUR
«  Ça vient, ça vient, mais pense que tu n’es pas toute seule, Jeune Branche. Je viens tout juste d’achever la mise en réserve des pluies d’hiver. Alors, maintenant, je vais pouvoir m’occuper de tous les habitants de l’Arbre.  »

(…)

Haut