Cette collection, créée en mai 2009, accueille des écrivains déjà publiés dans d’autres collections et de nouveaux écrivains. Elle s’adresse aux enfants du primaire et du début du collège, les textes pour adolescents étant publiés dans les collections Théâtre contemporain et Théâtre en traduction. Elle est aussi tout public.

Noircisse

ISBN : 2-84705-167-4
EAN 9782847051674
12x17 cm, 96 p., 9.50 €

2 garçons, 2 filles
Publié avec le soutien du Centre national du livre

2018

Hiver a dix ans. Elle veut noircisser tout ce qui est moche et transporte partout avec elle des photocopies de tableaux de maîtres pour avoir de la beauté à regarder. Avec son amie June, elles sont inséparables lorsqu’elles se retrouvent l’été au bord de l’océan.

Cette année, deux garçons viennent troubler leurs jeux. L’un, Mayo, est arrivé par la mer, l’autre, Le Petit, est un gamin du village. Alors que la grande marée approche, conflits et amitiés nouvelles font des vagues dans la petite bande.

En jouant du suspense, et dans une tonalité vive et joyeuse, la pièce aborde le champ politique - nouveaux arrivants, environnement, solidarité, racismes - et des thèmes propres à la pré-adolescence - amour, courage, jalousie, exclusion, relation aux adultes.

Distinctions

Pièce lauréate du Grand Prix de littérature dramatique jeunesse 2019.


Pièce coup de cœur de l’association Des jeunes et des lettres, dévoilé à Artcena lors de la remise du Grand Prix.


Pièce sélectionnée par l’association AMLET en Mayenne. Résultat du concours « Les jeunes lisent du théâtre » en mai 2020 à Laval.


Pièce sélectionnée par Je lis du Théâtre, Théâtre Athénor, Saint-Nazaire, 2019.

Extraits de presse

« Elles ont dix ans et sont liées par une amitié sans bornes. Deux garçons viennent mêler à cette passion leurs propres rêves d’avenir et leurs désirs naissants.

(…) Le Petit et Mayo comme dans une mayonnaise. Immigré en situation irrégulière, il participe malgré lui à l’édification des lotissements qui achèveront de défigurer la côte.

Les membres de ce quatuor écolo, surtout les filles, cherchent à inventer l’avenir de leur génération. Ce ne sont pas des enfantillages (…)

Ces rebelles sont capables d’un engagement qui les porte au-delà de leur propre candeur. »

[Fanny Carel, Revue des livres pour enfants, n°301, juin 2018]


« Claudine Galea décrit cette découverte entre enfants et leurs craintes dans une langue vive et pleine d’humour. »

[Tiphaine Le Roy, Le Piccolo, janvier 2019]


« Dans cette chronique estivale, c’est moins l’intrigue qui compte que les relations entre les personnages, ce qu’elles disent du monde qui les entoure et qu’ils essaient, tant bien que mal, de saisir, de déchiffrer, à l’image du Petit qui donne les définitions des mots qu’Hiver emploie et qu’il ne comprend pas.

Le texte fait alterner des monologues – Bord de scène – qui permettent aux personnages de se dire et 12 tableaux faits de dialogues entre les personnages dans des situations variées. Le tout est écrit dans une langue poétique, vive et joyeuse, particulièrement rythmée.

Un beau texte complexe et riche pour dire le désarroi des pré-adolescents devant le monde des adultes, fait de tricheries, d’exclusion, d’exil et de noyades de migrants en mer, mais aussi pour parler des sentiments propres à cet âge : les premières amours, le désir d’hospitalité, de rencontre, de courage mais aussi la jalousie, et les défis qu’on se lance. »

[Michel Driol, Lietje, 6 février 2019]


« Très bon livre.

Claudine Galea propose ici une pièce dense qui fait alterner les bords de scène où Hiver se livre, raconte son histoire, fait part de ses réflexions et les scènes au cours desquelles elle échange avec June, Mayo et Le Petit.

Les discussions oscillent entre gravité, légèreté et plus rarement humour. Il faut dire que la situation de Mayo, jeune migrant, ne prête pas vraiment à rire. Seuls prêtent à sourire les sarcasmes du Petit et les réponses cinglantes d’Hiver.

L’utilisation de tableaux qui éclairent à leur manière les réalités évoquées par les personnages est particulièrement pertinente et offre de réelles possibilités de mise en scène.

Une œuvre forte et riche. »

[Jean-Luc Gautier, Livr’jeune, avril 2019]


« Le titre donne d’ailleurs lieu à toute une série de variations typique de la liberté plastique avec laquelle un enfant peut transformer et réinventer un langage. Noircisse devient une variante de noircir, et signifie tour à tour déprimer, détester, assassiner.

Deux filles de dix ans se retrouvent chaque année au bord de la mer sur leur lieu de vacances. L’une est française et se nomme Hiver ; l’autre est anglaise et se nomme June (le mois de juin). Le reste de l’année, Skype les aide à ne pas se quitter. Elles sont meilleures amies pour la vie et se confient tous leurs secrets. Le monde entier pourrait noircir, il serait impuissant à défaire leur complicité.

Et justement tout noircit autour d’elles : les relations de la mère d’Hiver avec son patron ; la prolifération des méduses ; les promesses des hommes politiques du village ; l’inégalité des salaires ; la situation des réfugiés politiques, morts, mourants ou continuant à fuir désespérément. L’horreur atteint le langage de June et d’Hiver mais jamais leur fraîcheur, vigoureuse et salutaire. »

[Christophe Bident, Le nouveau magazine littéraire, 28 octobre 2019]


« Hiver est une fille en colère, avec la tête pleine d’ « idées qui noircissent ». Ses armes : la beauté sauvage de tableaux qu’elle photocopie et emporte avec elle ; et son amitié indéfectible pour June, 10 ans (…)

« Noircisse » est un mot magique par lequel on peut zigouiller ; recouvrir ou transformer tout ce qui est moche : le projet de lotissement, le maire et l’architecte, et le bosse de la mère qui perturbe les vacances… mais cette année-là, deux garçons s’invitent dans le duo (…)

Amour et amitié ont du mal à s’accorder : tout est question de territoire : jusqu’où accueillir l’autre sans se perdre ?

Une pièce qui aborde sans en avoir l’air des questions fondamentales et des sujets d’actualité comme l’environnement, les conditions de travail, la crise des migrants. »

[Revue InterCDI n°279, collège, mai-juin 2019]

Le texte à l’étranger

Noircisse est traduit en allemand par Yasmine Salimi.
La pièce est publiée dans la revue Scene 22 à l’automne 2020.

Vie du texte

Lecture par la Jeune Troupe des Îlets, CDN de Montluçon, le 9 mars 2019.

Radio Clapas - Emission PVC sur 93.5 Montpellier

1 heure d’émission à écouter en podcast dont le principe est :

« Autour des auteurs publiés par les éditions Espaces 34, les étudiants de l’ENSAD de Montpellier, sous la direction de David Léon, travaillent leur voix, leur diction, le sens des textes. Une fabrique de l’art du comédien à entendre, entrecoupée par la parole des auteurs, de leur éditrice Sabine Chevallier, et de la dramaturge Marie Reverdy. Le texte se déploie également le temps d’une lecture faite par l’auteur, par les étudiants de l’ENSAD, ou par Béla Czuppon, comédien et metteur en scène, La Baignoire-Montpellier. »

http://www.radioclapas.fr/portfolio/plateau-virtuel-club/

1re diffusion vendredi 6 avril 2018, émission 6
https://www.youtube.com/watch?v=NGtZ3riuO6o

Haut