Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

La distance qui nous sépare du prochain poème

ISBN : 978-2-84705-080-6
EAN : 9782847050806

13x21cm, 88 p., 13,50 €
1 femme ou distribution chorale

2011

Nous ne proposons pas d'achat en ligne. Mais certains ouvrages sont disponibles en ebook.

Conçu comme un voyage en six étapes : La distance, Le bord, Le passage, L’autre bord, La nuque, le chemin, ce texte, éminemment poétique, trace un chemin de vie.

« La poésie nous concerne tous. Ce n’est pas tant une affaire de mots ou de littérature, c’est une rythmique humaine au même titre que les fonctions vitales et lorsqu’elle apparaît, sous une forme ou sous une autre, on ne connaît pas grand monde qui n’y soit pas sensible. Elle ne fait pas appelle aux connaissances, au savoir, à la culture, à l’intelligence, elle cueille les gens à leur endroit primitif, transversalement, et va rejoindre cette époque lointaine où ils n’étaient, avant même d’élaborer de la chair, qu’une poignée de sens répandus dans la terre. Au moins elle ne devrait être que cela : un très vieil os produisant sans cesse de la jeunesse.

C’est une manière de voir le monde souvent cachée par la manière d’être dans le monde, une sorte d’énergie fossile qui vient alimenter notre besoin de rêver depuis le début des temps, et contrairement à celles que nous brûlons joyeusement et éperdument pour faire avancer notre époque, parfaitement écologique et infinie.

Son mode de compréhension est totalement libre. Il faut juste se laisser aller. Mais c’est peut-être le plus difficile justement.

(...) A l’origine il y a donc cette préoccupation majeure : la distance qui nous sépare du prochain poème. Poème étant pris dans le sens large de la vie, c’est-à-dire cet état de lumière qui nous rend un peu clairvoyants et heureusement vivants. C’est bien sûr, d’un poème à l’autre que nous progressons dans l’existence, tentant de réduire au maximum la distance entre chacun. (...) »
[Jean Cagnard]

Extrait de presse

« L’auteur invite le lecteur à un voyage initiatique, égrenant au fil des pages des poèmes comme des images semées pour trouver le chemin vers soi-même. Exaltant la nature - réelle ou symbolique, sensuelle et fantasmatique -, il oscille entre crudité et beauté, incitant à la méditation.

La connaissance passe par la conscience en mouvement, sorte de traversée du miroir, de marche vers l’altérité. Ici, les mots prennent corps et le corps devient paysage. L’animal n’est jamais loin de l’homme quand le poème est à apprivoiser.

Avec une écriture singulière, à la fois ancrée dans une contemporanéité et puissante dans sa liberté, Jean Cagnard interroge la fonction même du poème - et du théâtre -, sans doute un passage menant l’homme à lui-même. »

[L’avant-scène, n° 1327 du 1er août 2012]


« Il est rare d’assister à un plateau artistique aussi complet.
Le théâtre me touche dès qu’il y a un corps qui s’engage. Tout est fait en finesse et en recherche de sens.
Ici, nous sommes face à des peintres, des maçons, des fourmis artistiques engagés dans une incessante créativité.
Les matériaux bruts s’élèvent comme vers une perspective de vision.
Nous sommes face à notre vie passée, et dans un désir de regarder devant, au loin, la route qui s’ouvre... »

[Sylvie Lefrère, Vent d’Art, novembre 2012]


« (…) Le passage (III). Ce qui fait office de pont : une planche Pour se franchir soi-même pour accéder au poème posé de l’autre côté. L’expérience est donc intériorisée : la distance va de soi à soi. Les obstacles à franchir : épouvantail, fenêtre solaire… Ce repli sur soi équivaut à la métamorphose de soi en livre. (…) »

[Michel Lamart, Brèves, vol. 101, 1er trimestre 2013]

Vie du texte

Création par la compagnie des 1057 roses dans une conception des deux créateurs de la compagnie : Catherine Vasseur, comédienne, Jean Cagnard, également ici « manipulateur d’objet » début 2012. Julie Läderach, violoncelliste, les accompagne sur ce spectacle.

Avant-première, théâtre du Périscope, Nîmes, le 24 février 2012.

Création en 2012
— Théâtre de Clermont l’Hérault, 18 octobre
— Théâtre du Périscope à Nîmes, 8 et 9 novembre
— Théâtre de la mauvaise tête à Marvejols, 28 novembre
— Maison du théâtre d’Amiens, 14 décembre

Tournée de création 2013
— Labo Bean, La Grand’Combe (30), 21 septembre
— Théâtre du Chai du Terral, Saint Jean de Védas (34), 15 octobre
— ATP d’Uzès et de l’Uzège, Uzès (30), 22 novembre.

Haut