Éditions Espaces 34

Théâtre contemporain

Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Je reviens de loin

EAN : 9782847050004, 1re édition
Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre
EAN : 9782847051995

13x21 cm, 88 p., 14 €
2 hommes, 2 femmes

2003 - 2021 édition revue et corrigée

Camille est partie, elle a laissé Marc et les enfants. La vie continue, Lucie avec son piano, Paul avec ses questions et ses chansons, et les petits déjeuners, à trois. Camille roule en voiture le long de la mer, imagine les enfants grandir, Marc vieillir. Parfois, dans la maison, elle apparaît, elle parle à l’un, à l’autre.

Qu’est-ce qui est vrai, réel ? Qu’est-ce qui est imaginé ?

Récits, dialogues, voix intérieures, rumeurs nouent un étrange suspense.

Film - long métrage

Sous le titre Serre moi fort, la pièce est adaptée en film long métrage dans une réalisation de Mathieu Amalric, avec Vicky Krieps et Arieh Worthalter.

Le film est en sélection officielle du Festival de Cannes, sélection Cannes Premières, 2021.

Sortie en salle le mercredi 8 septembre 2021.

Découvrez la bande annonce.

Extraits de presse

« Avant le début de sa nouvelle pièce, Je reviens de loin, elle avertit le lecteur de ne surtout pas chercher à être rationnel : « Les séquences de Je reviens de loin se distribuent dans une structure non chronologique et selon des modes narratifs différents. Leur ordre de succession sur la page respecte l’idée d’une progression de l’histoire par une logique qui tient plus de l’inconscient et de l’imaginaire que de la raison cartésienne [...]. Les mondes du rêve et de la fiction ont tous les deux la faculté de se transporter au-delà des apparences et de jouer avec les lois de la vraisemblance pour explorer une réalité plus secrète ».

Une fois le lecteur prévenu, il lui reste donc à plonger dans cette pièce comme dans un rêve.

[...] Claudine Galea fait preuve de beaucoup d’invention. Je reviens de loin est écrit comme une partition musicale, avec prélude, impromptus, premier, deuxième et troisième mouvements. L’auteur indique d’ailleurs que s’il y avait un piano sur scène, ce piano devrait être transparent.

La construction de la pièce est très particulière, explosée, des bribes de voix se répondent, des chansons se chantent, des dialogues sont troublés par des monologues intérieurs, les voisins échangent leur point de vue... Tout un univers de voix pour chercher à rendre visible l’invisible. »

[Laurence Cazaux, Le Matricule des anges, février 2004]

Le texte à l’étranger

Traduction en grec par Dimitra Kondylaki dans le cadre de l’Atelier de Traduction Théâtrale de l’Institut Français d’Athènes et lecture dirigée par Esther Andre Gonzales, le 7 avril 2009.

Vie du texte

Lecture au Studio-Théâtre de la Comédie Française dirigée par Eric Génovèse, le 12 mars 2004.


Lecture au Théâtre des Deux rives de Chareton-le-Pont (94) par la compagnie du Théorème de Planck, le 15 janvier 2007.


Lecture par le Théâtre de la Chélidoine à Saint-Angel (19), le 19 janvier 2007.


Mise en lecture sur France Culture, Atelier Fiction, dans une réalisation de Marguerite Gateau avec Cécile Gérard, Matthieu Létuvé, India Hair, Camille Garcia, Sylvie Amato, Adrien Solis, Elodie Huber, le 8 mai 2013.

Haut