Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

L’Extraordinaire tranquillité des choses

ISBN : 2 -84705-031-0, 13x21 cm, 80 p., 11 €
à partir de 3 comédiens
Ouvrage publié avec le soutien de l’association Beaumarchais et du Conseil Général de Seine-Saint-Denis

2006

Nous ne proposons pas d'achat en ligne. Mais certains ouvrages sont disponibles en ebook.

Le texte
La ville est au cœur de cette pièce. La ville, c’est-à-dire ce qui fait une ville, n’importe laquelle, quand, au réveil, s’annonce déjà le cheminement houleux du jour. Comme cette ville-ci, précisément, avec les gens d’une banlieue. Tous sont aux aguets, vivent, bougent, se croisent, se surveillent dans la tension calme des histoires personnelles. Jusqu’à l’embrasement nocturne.
Un balayage de la ville, à la manière de caméras de surveillance, nous transporte à la rencontre de différents personnages de ce quotidien à la tranquillité presque inquiétante : les vigiles, le fils, Samia, Pierre, la femme au chien, et toutes les autres voix de la rue...

JPEG - 30.6 ko
Sabine Chevallier et Michel Simonot, à l’occasion de la parution de L’Extraordinaire tranquillité des choses. Salon du livre de Paris, 23 mars 2007.

Quatre auteurs et la ville
Le texte est à la fois un parcours dans la cité et un parcours dans un réseau d’écritures, où chacun des auteurs imprime sa perception de la ville. Ce projet bouscule quelques oppositions vite acquises : le collectif et l’individuel, le populaire et le savant, le social et l’artistique. Jusqu’à la notion même d’auteur face à cet objet théâtral inhabituel.
Ce spectacle est l’aboutissement du projet d’écriture « Théâtre en liberté » mené tout au long de la saison précédente par le théâtre Gérard Philipe, rencontre entre quatre auteurs et les habitants de Saint-Denis.
Un appel à chroniques a été lancé dans la ville, des rendez-vous de lecture ont eu lieu au théâtre, des ateliers menés avec des associations. En s’inspirant de ces fragments du quotidien des habitants et en les retravaillant, les auteurs ont écrit un texte pour la scène.

Le spectacle
Ce sont les mots et les corps qui font surgir et vivre le paysage et les personnages. Trois comédiens sont les Voix de la ville : ils en sortent pour devenir, un bref moment, les personnages. Ils ne font que se croiser, parfois des relations se nouent, se tendent, se défont, dans l’attente du soir.
L’espace naît de tous leurs récits : nous ne sommes pas dans le décor d’une ville mais sur son sol. Un sol, comme s’il avait toujours été déjà là ; des lignes parallèles qu’il n’est pas aisé de franchir, comme c’est le cas dans les histoires des gens. De ce sol, des morceaux ont émergé, s’imposant, comme poussés par le temps.
Par instants, la vie réelle fait effraction sous forme de panneaux d’information, de bruits, de sons.
L’amour n’est pas loin, la vulgarité non plus. La peur, la méfiance de l’autre vient provoquer. Les regards se cherchent. Le quotidien nous fait basculer sans cesse de la poésie au sourire grinçant.

Extraits de presse

Lire sur remue.net


"Le choix de trois comédiens valorise l’aspect choral de l’écriture et les mots glissent de l’un à l’autre dans une belle orchestration"

[Marie-José Sirach, L’Humanité, 26 septembre 2006]


"Puis l’explosion des banlieues est survenue tout à coup, et cette fureur-là est entrée dans les textes. Les écrivains s’en sont servi comme d’un matériau. Ils ont composé des dialogues, des poèmes, des cris."

[Gilles Costaz, Politis, 5-11 octobre 2006]

Le texte à l’étranger

Traduction en allemand par Ulrike Bokelmann sous le titre "Die außerordentliche Ruhe der Dinge", et publication dans la revue Scène 9, éditions Theater der Zeit, Berlin, octobre 2006.

Dans le cadre du festival de théâtre "Les Primeurs", organisé par l’Institut d’Etudes Françaises, en collaboration avec le théâtre "Staatstheater" de Sarrebruck, la radio sarroise SR -2 Kulturradio, lecture-mise en espace à la Scène nationale Le Carreau de Forbach, le 29 septembre 2007.

Lecture scénique, lors de la 5è édition de la "semaine française", qui présente de nouveaux auteurs français en Allemagne, au Thalia Theater de Halle (Allemagne), le 28 mai 2008.

Vie du texte

Création au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis, Centre Dramatique National , du 28 septembre 2006 au 8 octobre 2006, dans une mise en scène de Michel Simonot, avec Estelle Bordaçarre, Justine Simonot, Olivier Dupuy.

Reprise de la pièce dans une mise en scène de Michel Simonot, au Théâtre d’O de Montpellier, du 1er avril au jeudi 4 avril 2008
avec Estelle Bordaçarre, Sylvain Levey et Justine Simonot.

Création par la Compagnie des 4 Coins, dans une mise en scène de Nadège Coste, à Sarrebruck le 28 avril et au Théâtre du Saulcy, Université de Loraine, Metz, le 3 mai 2012.


Voir les autres livres de Philippe Malone, disponibles aux Editions Espaces 34.

Haut