Dans la Peau d’un acteur

EAN : 9782847050196

15x23 cm, 412 p., 24,50 €
Répertoire des personnes citées, répertoire des structures et compagnies théâtrales, répertoire des œuvres et personnages. Index

2006

Nous ne proposons pas d'achat en ligne. Mais certains ouvrages sont disponibles en ebook.

Traduit de l’anglais par Gisèle Joly.

Salué ainsi par Peter Brook : « Ce livre de Simon Callow est remarquable. Depuis Stanislavski je ne connais aucun témoignage sur le travail de l’acteur d’une telle éloquence et surtout si concret », cet ouvrage, qui se lit en plus comme un roman, nous fait partager la vie professionnelle d’un comédien anglais au cours des trente dernières années, nous introduisant non seulement dans le monde des coulisses mais aussi dans l’état mental de l’acteur.

À la fois guide, manifeste, recueil d’observations, récit autobiographique, petite merveille d’honnêteté et d’humour, ce livre « passionné, intelligent, instructif » (Financial times), est devenu une référence aussi bien en Angleterre qu’aux États-Unis.

Le vaste champ des intérêts de Simon Callow, son humanité, sa simplicité de ton, sa verve, même quand les sujets sont fouillés avec une culture d’encyclopédiste, sans parler de l’incursion dans le domaine de la littérature anglaise (et pas seulement dramatique), en font un livre qui devrait toucher non seulement les acteurs, les gens de théâtre et les étudiants en art dramatique, mais tout lecteur curieux de ces « multiples façons d’être un humain que le théâtre célèbre sous la forme vivante des acteurs ».

JPEG - 30.5 ko
De droite à gauche : Yves Riou, Vernon Dobtcheff (micro), Gisèle Joly, Yves Reynaud, Sabine Chevallier, au Salon du livre de Paris, mars 2006.
(DR)

Dans la peau d’un acteur est constitué de trois parties.
La première retrace l’itinéraire artistique de Simon Callow depuis la lettre qu’il écrivit à Laurence Olivier, et qui le mena à son premier emploi au théâtre (comme guichetier !), jusqu’à son triomphe en tant que Mozart dans Amadeus, créé à Londres au National Theatre.

JPEG - 15.9 ko
De droite à gauche : Yves Riou, Vernon Dobtcheff, Simon Callow, Gisèle Joly, Laurent Muhleisen, Hervé Pierre, Christian Cloarec, Philippe Lebas et Simon Eine (hors champ)

La deuxième, plus générale, décrit le cycle ordinaire d’une vie d’acteur, exposée en permanence à l’insécurité de l’emploi, de la recherche d’un engagement aux dernières représentations d’un spectacle, en passant par toutes les étapes d’une production théâtrale.
La troisième partie reprend, vingt ans après, le fil de son « histoire d’amour » avec le théâtre jusqu’à ces toutes dernières années.

Extraits de presse

Lire le très bel article de Mona Chollet en ligne sur Périphéries intitulé « L’ACTEUR COMME PARADIGME DE LA CONDITION HUMAINE »

"[...] La première fois qu’on lui avait demandé de donner une conférence sur son métier, Simon Callow l’avait intitulée : « L’Acteur comme paradigme de la condition humaine ». Il ne plaisantait qu’à moitié.

Pour plonger avec bonheur dans son livre, il vaut mieux s’intéresser au théâtre, mais il peut suffire de s’intéresser à l’expérience humaine et aux mystères de la création artistique. Il se dégage de ces pages une vitalité si stupéfiante, qu’on se retrouve à les dévorer comme un affamé, et à s’en délecter, même quand on ignore tout de la plupart des personnes et des pièces qui y sont évoquées : c’est le rapport de cet homme avec son art, son enthousiasme (un mot auquel il fait honneur dans son sens étymologique : avoir un dieu en soi), son exigence, son idéalisme, son appétit compulsif d’apprentissages, de découvertes, les méandres de son itinéraire aussi bien professionnel que personnel, qui sont passionnants.

Ses talents de conteur, son style vivant et direct, son humour irrésistible, rendus intacts par une excellente traduction, y sont aussi pour quelque chose.


« Quelle que soit l’excellence du livre de S. Callow (...) je m’intéresse seulement à sa mutation en français, sa "traduction", qui relève quelque peu de l’exploit.

(...) La justesse de la langue qu’emploie madame Joly toujours sur le bon registre, sa jonglerie avec l’argot familier courant, ou le passage au tutoiement avec beaucoup de tact coulent d’un bout à l’autre avec tant de naturel que c’est la voix de Simon Callow que l’on croit entendre. »

[Claude Duneton, Le Figaro littéraire, 8 février 2007]


« Callow nous fait partager ses expériences théâtrales ou cinématographiques, ses rencontres, mais aussi les problèmes concrets qui se posent à l’acteur. Il s’observe et observe les autres, afin d’apprendre encore et toujours, de se corriger.

Les diverses théories (Stanislavski, Brecht...) qui peuvent paraître abstraites à la lecture sont ici reflétées au prisme de sa réflexion et de sa pratique. Même si le "système" de Stanislavski, appuyé sur la motivation et les objectifs, se colore de "méthode" strasbergienne et si l’on peut contester certaines de ses interprétations, Simon Callow est enthousiaste, passionné, éloquent, et son récit vivant, chaleureux, non dénué d’humour. »

[Odette Aslan, Théâtre Public, n°182, novembre 2006]


"Voici enfin la traduction française de son livre - guide, manifeste, autobiographie -, acclamé dès sa parution en 1984 dans les pays de langue anglaise et devenu depuis une référence incontournable, tant pour les acteurs que pour les mordus de 7e art (...) Vivifiant et inspirant."

[Maïa Brami, sitarmag]


"Celui qui a interprété plus de quarante personnages différents dans Le mystère de Charles Dickens, un spectacle qui a tourné dans le monde entier en 2002 et 2003, se montre aussi alerte et pétillant que dans son interprétation de Mozart. Dans la deuxième partie, où le tutoiement donne au récit des airs de Lettres à un jeune comédien, Simon Callow passe en revue les figures familières qui font la quotidien du métier [...]"

[Véronique Rossignol, Livres Hebdo, n° 656, sept. 06]


Lire aussi l’article détaillé et enthousiaste de Jacky Viallon sur webthea.

Ils ont dit

HERVÉ PIERRE, comédien

« Depuis longtemps je rêvais de lire une chronique de mon métier (ou de mon art !) qui soit libre de tout dogmatisme et qui témoigne de ma réalité quotidienne. L’acteur n’est pas à mon sens nourri seulement de ce qui se passe sur la scène et de ses alentours, en répétition ou au contact avec le public, mais continuellement par la vie, par la sienne, par tout ce qui le constitue, politiquement, philosophiquement, amoureusement (ou sexuellement).

Ses rêves même sont le creuset de sa création plus sûrement que tous les livres sur le jeu de l’acteur écrits par des metteurs en scène ou des universitaires.

Simon Callow ne parle que de ce qu’il connaît lui-même. Mais il le fait avec l’humilité de celui qui cherche à comprendre « comment la vérité vient à l’acteur », parce que le travail de l’acteur est de laisser venir, de dégager tout ce qui embarrasse l’imagination, pour ne plus travailler mais jouer comme des enfants à faire semblant tout en le sachant.

Ce travail intuitif, Simon Callow le piste dans ses doutes, ses réussites, ses constatations prosaïques, ses triomphes et ses échecs. C’est cette connaissance qui ne cherche pas à savoir mais à comprendre qui m’a réjoui comme on se découvre un complice inconnu qui parle de vous en parlant de lui. »


YVES REYNAUD, comédien, metteur en scène et auteur dramatique

« Je l’ai lu et je pense qu’il s’agit d’un texte indispensable pour les gens de théâtre (mais pas seulement eux) des jeunes (et moins jeunes) générations (entre autres) ! Précision historique, humour et profondeur de réflexion sur le métier.

Gisèle Joly a travaillé dix ans en relation permanente avec un ami intime de Simon Callow. Elle est arrivée à un résultat qui dépasse la qualité habituelle des traductions (telle qu’on les pratique actuellement à la chaîne.) C’est une passionnée ! Une orfèvre du détail. »


ALAIN RIMOUX, comédien

« Si vous ne deviez lire qu’un livre sur notre métier d’acteur, alors ce serait, ce doit être Dans la peau d’un acteur de Simon CALLOW (acteur anglais). Une merveille !

Dans les métiers du sport, on parle souvent des fondamentaux, et bien, pour notre métier, Simon Callow passe en revue tous les fondamentaux, il y a de quoi travailler et, pour aller dans le sens de B. Brecht, “Davantage de bon sport”. Ce Monsieur est concret, il analyse tout ce qui fait un acteur ou ne le fait pas, de l’envie, du désir de devenir un jour acteur, de la difficulté, des rencontres des œuvres des acteurs et des actrices, de la vie, de la mort, de la littérature et du politique : tout y est ; tu tournes les pages parce que tu veux savoir comment il l’a vécu, lui, ton métier ; passionnant, didactique aussi, érudit sans être donneur de leçon, il montre la difficulté, l’injustice que bien souvent l’on invoque parce qu’on ne vit pas ce métier comme on voudrait ou plutôt comme on l’a rêvé. On peut sortir de la meilleure école et rester sur la touche alors que d’autres...

Callow place aussi le travail au centre : on peut être doué, fait pour ça, tous les jours et jusqu’au bout, il faut remettre ça, bosser et bosser, se faire humilier souvent, être ridicule, mais ÊTRE ! »

Vie du livre

Présentation du livre en avant-première au Salon du livre de Paris, mars 2006. Yves Riou interroge Gisèle Joly, la traductrice, et Vernon Dobtcheff, comédien et ami de Simon Callow, ainsi que l’éditrice Sabine Chevallier. Des extraits sont lus par Yves Reynaud.

Présentation et lecture d’extraits du livre par Hervé Pierre, entouré de Gisèle Joly, Vernon Dobtcheff, Sabine Chevallier. Rencontre animée par Pascale Caemerbecke, marché de l’édition théâtrale, place Saint-Sulpice, Paris VIè, 24 juin 2006.

Lecture d’extraits dirigée par Moni Grégo, compagnie de la mer le 15 octobre 2006, au Théâtre Pierre Tabard à Montpellier, avec Aude Balmigère, Yves Ferry, Gisèle Joly, Jean-Marie Pérez, Pierre-Jean Peters.

Rencontre avec Simon Callow à la Comédie-Française le 12 février 2007, animée par Yves Riou et en présence de Vernon Dobtcheff, Gisèle Joly et Laurent Muhleisen.
Des extraits sont lus par les comédiens de la troupe Christian Cloarec, Simon Eine, Hervé Pierre ainsi que par Philippe Lebas.

Rencontre avec Claude Duneton et Gisèle Joly à la librairie La lucarne des écrivains, Paris XIXè. Des extraits sont également lus par Xavier de Guillebon.

Lecture-Rencontre dirigée par Gisèle Joly au Théâtre Dijon-Bourgogne-Centre Dramatique National avec Jean-Louis Hourdin, Martine Schambacher, et Stéphane Szestak, le 26 mai 2007.

Rencontre animée par Gisèle Joly et Sabine Chevallier à la Maison Jean Vilar, lors du festival d’Avignon, le 10 juillet 2007.
Des extraits sont lus par Yves Ferry, Moni Grégo et Gisèle Joly.

Lecture d’extraits du livre, à l’initiative de L’abc-scène nationale de Bar-le-Duc, par Dominique Charpentier, Gisèle Joly et Philippe Lebas, le 9 avril 2008.

Lecture d’extraits du livre par Jacques Cassabois et présentation du livre par Gisèle Joly, lors du festival de Cluny, le 16 juillet 2008.

Haut