Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Extrait du texte

VERTIGES

TRIO : histoire d’amour 1

1 on s’aime

2 c’est du tout beau

1 du tout bon

2 on s’aime

1 mon cœur bouge

2 mon corps bouge

1 on s’aime

3 vouv vous

1+2 nous nous

3 vous vous vraiment

1 vrai-

2 -ment

3 ah bon

1 oui

3 bon bon

2 on s’aime

1 âme contre âme

2 chair contre chair

1+2 on s’aime

3 bon bon bon

1 on s’ai

2 quoi bon

3 rien dis

2 mais

1 quoi quoi bon bon

3 top top : c’est joli vous à vous vous tout joli

2 du tout beau

1 du tout bon

1+2 on s’aime à deux et un

3 bien très même voire plus

1+2 vrai on

3 bon bon on sait

1+2 on

3 oh pas sourd non

1+2 on

3 oh pas sourd non

1+2 …

3 j’connais mais

1+2
mais

3 rien dis rien jamais

1+2 mais

3 du joli à vous vous
du très et donc

1+2 et donc

3 allez allez à vous vous
moi je pfuit


FIN (solo parlé)

fin
fin de jour
il est temps
tout autour
et derrière
et devant
ça
ça bouge
partout
ça boute
ça bouge
ici fin
fin de jour
il est temps que
que ça
ça finisse

petits pas
petits petits pas
un et l’autre
un puis l’autre
encore et
seule
il est temps que ça
que ça finisse

debout
assise
debout
petits pas petits
gauche droite
droite gauche et plus
et rien
plus rien
il est temps
il est temps que ça
que ça finisse


LE DIT PARLÉ DES MOIS MONOMANIAQUES (5)

Marc
je dis stop ça suffit comme ça c’est toujours la même chose dès que l’un et hop on lui dit oh oh pas comme ça pas comme ça ça se fait pas ça ça s’est jamais fait comme ça ça s’est jamais fait comme ça ça mais pourquoi je demande pourquoi on ferait pas comme ça il faut arrêter de faire comme ça parce que alors je dis stop il faut oser oui il faut oser même si ce sont toujours les mêmes qui oh je les vois déjà vont encore rétorquer que mais arrêtons ça et osons enfin osons faire ce que nous c’est vrai et tous les soirs je le dis à Josette vas-y ose enfin ose tu fais comme tu mais vraiment et pas à se soucier des autres et de ceusses qu’on toujours à dire et redire vas-y et basta et pour tous c’est comme ça pour tous il faut qu’ils osent mais jusqu’au bout et pas s’arrêter à mi non au bout au tout tout bout de ce que vous allez il faut aller et si les autres vont encore vous non droit tout tout droit vous allez si vous osez vraiment alors là vous mais les autres non les autres tu t’en mais complètement tu fais ou pas et les autres non tu les si tu veux tu vas il faut que tu oui tu oses et baste les autres car ce sont toujours les mêmes qui vont te dire mais regarde-toi tu as quarante ans et bon si là maintenant j’ose pas alors c’est fini c’est complètement et totalement fini et à quarante ans quand même il serait temps je me dis stop ça suffit il faut que que j’ose enfin faire ce que mais vraiment et au bout vraiment au bout vraiment au tout tout tout bout car après c’est trop tard si tu

Agnès
Y pas de raison non mais y sont normaux quoi quasi comme nous c’est vrai on dit toujours oh oh t’as vu çui-ci et çui-là oh la la mais bon d’accord y est quoi juste un peu plus que lui ou lui mais pas plus ou alors juste un peu plus juste un chouia ou parfois un peu beaucoup plus mais de là à les non je dis non c’est pas parce que moi je suis enfin pas trop no comme il faut et encore ça eut rien dire moi je suis moi comme là et les autres je dis rien je dis jamais rien les autres sont comme y sont les autres sont les autres si y commencent à dire et redire sur moi y pourraient aussi trouver je sais pas que ça ou ça ou ça et où on irait alors si tout le monde dirait oh la la çui-là faudrait t’as vu comme y est moi je dis non faut pas y sont comme moi ou lui ou les autres y sont normaux comme les autres ou pas mais du tout comme les autres aussi (et même Josette) on est tous comme ou pas je sais pas mais en tous cas je dis rien jamais rien y en a qui toujours qui trouvent que oh la la qu’y est trop ou vraiment trop ou beaucoup trop ou parfois que pas assez que vraiment pas assez ou que mais qu’on les laisse qu’on les laisse y en a qui ont qu’à se regarder y sont pas plus que d’autres ou pas moins pas moins du tout alors qu’on arrête de encore et toujours dire oh oh t’as vu oh qu’y est çui-ci c’est vrai y est comme nous pas plus normal ou pas moins pas moins même je dis parfois quand j’entends ceux qu’ont à redire mais on y a pas de raison y sont normaux quasi non comme



VERTIGES, adaptation scénique

PERSONNAGES

DEUX COUPLES (chanteurs lyriques)
Marianne, soprano
Robert, ténor
Marie-Claire, mezzo-soprano
Luc, baryton-basse

SEPT CLOWNS MONOMANIAQUES (acteurs et/ou chanteurs, instrumentistes)
Gretchen, flûtiste, soprano
Josette, mandoliniste, soprano
Arnica, altiste, violoniste, soprano
Swek, saxophoniste, accordéoniste
Monica, pianiste, mezzo-soprano
Jean Poitou, acteur, percussionniste
Pimpon, actrice du mouvement

PROLOGUE
SUR LE FIL

Une voix dans la nuit

ma haine me plaît
mon corps déborde : j’adore
nuit exquise : rires qui vibrent et nausée
sur la rive du rêve : le monde et ses ravages
mon corps déborde : aurore
voici les charniers
je vois les morts
mon corps déborde : transports
ah délices ah plaisirs
ma haine me repaît
mon corps déborde alors :
le monde le monde
et ses piètres agitements
et ses vains vaticinements
le monde etc.
mon corps déborde : m’endors


5 – HISTOIRE D’AMOUR 3

Zwek
J’ screute la mar’ / j’ scrate la mir’ / j’ scrite la mort / j’ scrote la mûr’ / j’ scrute l’amour

Les femmes monomaniaques
oui oui oui oui oui oui

Zwek
hop corps s’ frôl’ et pof

Les femmes monomaniaques
pas si vit’ pas le tout pas just’ fin pas

Zwek
‘lors voilà :

Zwek et Jean Poitou
s’emballent

Les femmes monomaniaques
Pan

Zwek et Jean Poitou
s’embrassent

Les femmes monomaniaques
bah

Zwek et Jean Poitou
s’enlacent

Les femmes monomaniaques
ah

Zwek et Jean Poitou
s’empoignent

Les femmes monomaniaques
pouah

Zwek et Jean Poitou
s’emboîtent

Les femmes monomaniaques
wouah

Zwek et Jean Poitou
s’étreignent

Les femmes monomaniaques

Zwek et Jean Poitou
s’éreintent

Les femmes monomaniaques
hein...

Zwek et Jean Poitou
et puis plus s’embrouillent s’embrochent s’emmêlent s’emmerdent

Les femmes monomaniaques
tst / pas / stop

Zwek et Jean Poitou
S’en font plein et z’encor’ des

Les femmes monomaniaques
p’us rien veut ouïr que dis

Zwek et Jean Poitou
oh la la la

Les femmes monomaniaques
bon bon bon bon quoi quoi quoi quoi incroyable dis encore

Zwek et Jean Poitou
pas poss’ pas poss’

la vie ainsi
Les femmes monomaniaques
dis dis dis dis

Zwek et Jean Poitou
fini le tout

Les femmes monomaniaques
non

Zwek et Jean Poitou
tout terminé

Les femmes monomaniaques
oui

Zwek et Jean Poitou
si si si si

Les femmes monomaniaques
tant pis

Les deux couples
Idéal sentimental sentimental idéal


4 - MA PEAU SE SOUVIENT

Homme 1 répète à la 2è personne (ta peau se souvient), Homme 2 à la 3è personne (sa peau se souvient)

FEMME 2 - HOMME 1 et HOMME 2 en écho la suivant
ma peau se souvient
où tu t’échouais
dans les jeux de nuit
je sais les rêves
qui hantent tes jours

ma peau se souvient
où tu voyageais
au détour du temps
je sais les heures
que tu n’égrènes plus

ma peau se souvient
d’où tu t’absentais
en si doux trépas
je sais les rives
que tu visitais

ma peau se souvient
où tu déchirais
les mots de toujours
je sais les plaintes
que tu ne dis pas

ma peau se souvient
où tu n’écris plus
les figures d’amour
tu sais les traces
que je lis en toi

la peau se souvient
où reste la douleur
de notre corps mort

FEMME 2 veut se jeter dans le vide, les 2 hommes la retiennent. Monica a commencé à ramper vers son piano.


2 - LE DIT DE LA NUIT

Isolée, suit une dernière monomaniaque (violon alto) pour un ultime dire :

Arnica
Je vous parle du plus profond de ma nuit j’écoute du plus profond de ma nuit je suis venue du plus compact de ce noyau compact de ma nuit je suis venue j’écoute pas de cris ni de plainte je suis venue de là d’où je sors de ma nuit je suis venue du dedans de ma nuit je suis sortie j’écoute oh ce silence de ma nuit qui est aussi le vôtre je le sais troué parfois de cris oui je le sais aussi mais de la nuit de ma nuit d’où je suis sortie et d’où sortie je ne vous parle pas du plus noir du plus compact de ma nuit issue je pourrais mais non j’écoute je vous écoute je ne dis rien je me tais je ne dis rien de ma nuit compacte je ne dis rien de ma nuit de silence je vous écoute toujours je ne crie pas n’est-ce pas et pourtant je devrais crier je devrais hurler mais je me tais j’écoute je vous écoute j’entends de là d’où je viens j’entends vos frétillements d’âme j’entends tout et la fureur de vos pensées oh laissez-moi encore vous écouter et vos infimes douleurs et vos infimes malheurs juste çà juste çà je suis venue de ma nuit de silence écouter juste oh restez ne fuyez pas de ma nuit de silence et de ténèbres je ne vous parle pas n’est-ce pas n’ayez crainte je ne vous en parlerai pas elle est de silence cette nuit-là d’où je suis sortie de silence compact et dur mais je ne vous importunerai pas non restez pour qu’encore j’écoute les rumeurs en vous et les bruissements du monde et les rugissements d’homme laissez-moi vous écouter toujours moi qui viens de là d’où je sors du tout dedans d’une nuit de ténèbres compactes de silence aussi de silence évidemment je vous prie un moment encore avant que de rentrer de là d’où je suis venue dans la nuit que vous savez dans ma nuit qui est la vôtre aussi je suppose un instant et je m’en vais dedans là d’où je suis sortie dedans mes ténèbres de silence voilà merci.

Haut