Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Extrait du texte

Scène 5, p. 21

(…)
ça ne vous empêchera pas de forcer les portes mais vous n’aurez pas d’excuse vous avez le détail schématique là je suis ferme je vous dis
beaucoup de vos activités ne sont pas compatibles les unes avec les autres
vous marchez jusqu’à la réalité des choses
faut faire avec ça vous échappe
vous n’avez pas la réalité
on a une semaine où il ne se passera rien
dans le monde entier ils attendent prenez votre temps
de toute façon il sera pas suivi le planning c’est juste pour voir
et voir la date de fin
ça s’enfile mieux comme ça
tous les secteurs à peu près en même temps vous tous à peu près
dans les fenêtres de temps qui sont définies
c’est pour voir si ça suffit
il faut
on vous donne le choix que vous avez
maintenant ça suffit
vous êtes tous là ?
c’est hors de question qu’on rajoute des câbles
on ne met plus de câbles
on va arrêter les câbles
maintenant ça y est c’est fini
on ne met plus de câbles dans la machine
personne n’a le droit de descendre dans la machine
obligé
personne n’a le droit de descendre dans la machine tout seul
je dis n’allez pas travailler
je peux pas mettre mon corps en travers pour empêcher
ça tombe en panne faut débuguer
ça fait des bouchons
faut arriver au bout
le but du jeu c’est que la date de début et la date de fin soient respectées
y’a des dead line
et derrière on rame
on avait prévu de faire ça tranquille
puis faut doubler les cadences
faire ça la nuit
il est tout seul il est descendu tout seul
moi je le remonte
il remonte il fait rien mais il est en vie
j’ai dis personne
c’est un zoom
touchez rien
on va vous changer votre carte
on va vous changer votre carte ça fait deux fois que je change de carte
il doit y avoir trop de i dans votre nom c’est la goutte qui fait déborder
et là y’aura une marche à suivre vous l’aurez
c’est une chose après l’autre que je répète
que j’ai mise en place que je dis deux fois alors je répète tout à fait je reformule
tout est disponible par des interfaces web
si c’est dangereux y’aura un panneau pour avertir les gens y’aura certainement quelque chose pour éviter le danger
si c’est pas dangereux y’aura un mode d’emploi
on se pince le nez et on évacue lentement
dans le calme et la sérénité
comme si y’avait pas le feu au cul

Scène 8, p. 29

le vieux plein d’écho encore
(ce pourrait être Ulysse aussi)
il s’adresse à quelqu’une qui passe

– c’est par là ?
– ça dépend où tu veux aller
– je viens d’avoir une image c’est fou
de quelqu’un qui donnait un dé à un autre
et ça m’a fait fermer les yeux
incroyable
un dé
– à toi de jouer
– quoi ?
– ton histoire de dé ça veut dire débrouille-toi
– tu es dans l’administration ?
– je ne suis pas bureaucratique
plutôt quelque chose avec une âme

du temps

– comment ça appelle
non s’appelle
sa appelle
comment tu m’épelles ?
– je me rappelle des noms mais je n’arrive pas à mettre un visage dessus
– c’est quoi mon visage ?
– je me rappelle des visages mais j’ai jamais les noms
– c’est quoi mon nom ?
comment je me rappelle
comment je m’appelle ?
je ne me rappelle pas de nous
je ne suis pas là alors ?
je te pose la question
– tu poses tout le temps des questions
– il y a un mot qui me vient dans la bouche et je ne sais pas ce qu’il veut dire
niemand
je ne sais plus ce que ça veut dire
– nobody
– tu me prononces bien
– c’est une parole à toi me traversant
– il y a personne ?
ça veut dire je ne suis pas là ?
– on est d’accord
– on n’a rien dit
– on est d’accord
– comme on change l’écoute de ce qu’on dit on change la conscience quand on parle
– oui
c’est véritable
– c’est une bonne idée pour nous deux

du temps

on va de l’autre côté ?
tout est en double alors on va de l’autre côté pour voir si c’est à l’envers
on passe ?
ici c’est un peu l’exode
il y a des trous qui nous laissent passer
où tu es ?
– je prends l’air
– tu veux rester ?
alors on aurait dû rester
– qu’est-ce que tu crains que je vais faire avec toi ?
– alors on va partir
c’est le territoire de Personne
l’ascenseur ça sent cette vanille de synthèse que tu mets toujours dans ton shampooing et c’est devenu toi
et c’est pareil toujours dans cet ascenseur
on a dans la tête de se coucher ensemble la première fois

Scène 14, p. 45

le monde sur le promontoire

– on prend en photo toute la zone et on contrôle avec la réalité
enfin ce qui était prévu voir s’il y a trop de différences
c’est pareil toujours pareil
c’est pareil ça bouge pas d’un iota
les câbles sont accablés
tout est verrouillé y’a rien qui sort
rien ne doit sortir pour l’instant toutes les photos et commentaires seront faits par le service de presse
– ça va pas être possible
– on a interdiction de parler quant à l’incident
on ne sait pas à quel niveau parce que toutes les preuves ne disent pas où elles se sont toutes évaporées
ils disent les calculs sont faux on a reçu un doc pdf de 300 pays sur nos erreurs de calculs
des menaces de mort à propos de ça
ils disent on va tous disparaître dedans
y’a même une chinoise qui s’est suicidée juste avant
à Hawaï au départ ils ont porté plainte on leur a dit que c’était pas nous
malgré le fait que tu leur dises non ils sont tous persuadés qu’on va tous disparaître dans un trou noir alors on a des procès parce qu’on peut engloutir la terre et engloutir la terre ça ne se fait pas
y’a pas de spéciale liste
on sera tous pas là

la voix la porte claquent

Haut