Textes d’aujourd’hui pour le théâtre. Ces publications sont régulièrement soutenues par la Région Languedoc-Roussillon, et depuis 2003 par la SACD.

Extrait du texte

als das Kind Kind war,
lorsque l’enfant était enfant
ging es mit hängenden Armen,
il marchait les bras ballants
wollte der Bach sei ein Fluß,
voulait que le ruisseau soit rivière
der Fluß sei ein Strom,
que la rivière soit fleuve
und diese Pfütze das Meer.
et cette flaque la mer
als das Kind Kind ist
lorsque l’enfant est enfant
weißt es nicht, daß es Kind ist,
il ignore qu’il est enfant
alles ist ihm beseelt
pour lui tout a une âme
und alle Seelen sind eins
et toutes les âmes sont une
lorsque l’enfant est enfant
chaque réveil lève un voile
chaque voile une source
lorsque l’enfant est enfant
les songes affûtent l’aube alors

lorsque l’enfant est enfant il arrive qu’un matin sous ses paupières fermes les images en toutes lettres délient les phrases des rêves les dispersent en silence et rompent avec le sommeil alors

alors l’enfant ouvre les yeux et sans voir encore - il n’a pas de passé - se dresse dans la nuit claire pantin d’espoir et d’os s’anime gauchement sous le fil des étoiles se lève contre l’obscurité et le regard transparent armé de cécité s’engage sur le chemin en apprenant la marche

et l’enfant s’approche des corps de ses frères tremblant hisse une jambe lourde par dessus les formes tremblant les observe dans l’ombre leurs chemises des linceuls sur des crêtes d’os tremblant les détaille leurs visages des cantiques leur peau un éclat de lune tremblante par dessus le silence nacré des lèvres l’enfant souffle tremblante la jambe au dessus des corps balance comme un couperet il hésite incertaine et tremblante la jambe engourdie décompte les chocs bruyants du cœur tremblante oscille au rythme de l’arythmie sanguine l’enfant au souffle suspendu hésite il regrette son geste presque de s’être levé presque d’avoir hissé la jambe alors il jette tremblant un regard par la fenêtre tremblant cherche dans la pâleur nocturne un signe pour continuer un souffle pour avancer puis soutenu par la brise par l’épaule du vent il redresse le dos chasse les picotements de nuque puis sentant fuir la nuit il arrime son souffle à l’espoir frais de l’aube et immobile sans bouger en un ultime effort lance sa jambe lourde par dessus les corps blancs par delà les collines des deux frères immobiles et retombe harassé comme un soupir froid entre les paillasses grises sur la terre de leur chambre

et l’enfant lentement marche vers la sortie lentement sans un bruit vers l’embrasure de porte sans regard ni regret vers les corps assoupis vers les collines blanches et pétries de rêves il lève les poings au ciel qu’il brandit comme un dard fend les voilages rouges à l’entrée de la chambre passe lentement la tête entre les lèvres soyeuses et faufile son corps et se bande et s’extrait
hors la chambre d’enfants
hors le refuge chaud
hors l’approbation muette des rêves de ses frères alors

alors seulement l’enfant inspire l’air du couloir la respiration rauque il inspire à pleine gorge ouvre grand la bouche l’enfle de l’air nocturne desserre l’étau des poings qu’il libère en corolles et rugit en silence et hurle l’enfant prince et hurle le cri muet le cri de l’insouciance le cri démultiplié des mille premières fois alors

alors l’enfant souriant la poitrine triomphante se calme peu à peu et lentement détremble lentement désaccade l’arythmie de son cœur à l’orée du couloir il évalue la peine lentement ouvre ses mains qu’il impose aux murs et guidé de la sorte par ses éclaireurs souples dompte l’obscurité par une caresse aveugle et se défait des peurs à la lueur des doigts

Haut