EAN : 9782847050004 13x21 cm, 88 p., 11 € 2 hommes, 2 femmes Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre

Je reviens de loin

[p. 16-17]

— Premier impromptu

(Ce sont des voix qu’on entend, elles sont enregistrées. A peut être tenue par Paul, B par Marc, C par Lucie.)

C. - Partie

A. -
Disparue

B. -
Pfftt

A. -
Avait tout calculé

B. -
Un coup de tête

C. -
Fini on ne la verra plus

B. -
Une femme de caractère

A. -
Si gentille
S’occupait bien de ses enfants

B. -
Une femme douce

C. -
Une qui écrit à la maison

A. -
Deux petits trésors d’enfants

B. -
On ne laisse pas ses enfants

C. -
On n’a qu’une vie

A. -
Pfftt

B. -
Un homme ça ne sait pas s’occuper des enfants

A. -
Moi j’aurais appelé la police

C. -
Elle ne reviendra jamais

[p. 49-51]

— Petit déjeuner 3

(Marc, Lucie et Paul avec intervention de Camille.)

Marc. -
Vous n’aurez plus faim à midi
Qu’est-ce que tu fais Lucie ?

Lucie. -
Des crêpes

Marc. -
Ça fait combien de temps que vous êtes à table ?

Lucie. -
Une heure et demie

Marc. -
Et tu as mangé combien de tartines de nutella, Paul ?

Paul. -
On se régale, papa

Marc. -
Vous ne croyez pas qu’on pourrait faire autre chose
Et vous avez vu l’état de la cuisine
Je n’aime pas que vous traîniez toute la matinée en pyjama

Lucie. -
Papa s’il te plaît, on est bien

Paul. -
On aime bien le petit déjeuner

Marc. -
Tu as taché ta BD

Camille. -
Laisse-les, Marc, c’est dimanche, le soleil entre par la fenêtre, il fait doux et soyeux dans cette cuisine, c’est une bonne pièce à vivre, on y est bien, on s’en fiche de ne pas manger à midi, on s’en fiche de rester en pyjama, c’est fait pour ça le dimanche, pour traîner en pyjama dans la cuisine, pour lire des livres et laisser tomber des gouttes de chocolat et de miel sur les pages, on est paresseux et joyeux le dimanche matin, ça sent la fête et la famille, la chaleur de la maison, le bonheur de rien faire, de faire ce qu’on a envie, assieds-toi reprends un café, mange une crêpe de Lucie, sors le saucisson et le fromage

Paul. -
Oh oui papa du saucisson

Lucie. -
Je peux avoir une tranche de jambon et un œuf pour ma crêpe ?

Marc. -
Tu m’en fais une Lucie, je vais refaire un café

Paul. -
Je peux goûter le café papa ?

Camille. -
Dis oui, allez, dis-lui

Marc. -
Oui

Paul. -
Ouahou !

Lucie. -
La prochaine fois on fera des œufs avec du bacon

Camille. -
C’est doux et soyeux et chaud et lumineux et si vous mettez un peu de musique, oui voilà, quelque chose de gai, et c’est onze heures du matin, on est bien, on s’étire, on est obligés à rien, le téléphone va sonner, des amis vont passer, proposer une ballade, ou un ciné, il y aura les copains des enfants, on aura faim à quatre heures on fera un énorme goûter et ce soir on achètera des pizza, et il y aura le bain à prendre et les habits propres à préparer pour l’école demain, et la nuit tombera, on allumera dans la cuisine, on mettra le lave-vaisselle en marche, on entendra son ronron familier, on boira encore un verre de lait, et les enfants iront se coucher, et tu regarderas encore un peu

Marc. -
La télévision, les chaînes étrangères, le sport, les dernières nouvelles, avec un whisky ou un bourbon, merde, j’ai encore oublié de leur dire de se laver les dents, et maintenant ils dorment, ce n’est pas

Camille. -
Grave, non ce n’est pas grave, c’est une belle journée

Extraits de presse

« Avant le début de sa nouvelle pièce, Je reviens de loin, elle avertit le lecteur de ne surtout pas chercher à être rationnel : « Les séquences de Je reviens de loin se distribuent dans une structure non chronologique et selon des modes narratifs différents. Leur ordre de succession sur la page respecte l’idée d’une progression de l’histoire par une logique qui tient plus de l’inconscient et de l’imaginaire que de la raison cartésienne [...]. Les mondes du rêve et de la fiction ont tous les deux la faculté de se transporter au-delà des apparences et de jouer avec les lois de la vraisemblance pour explorer une réalité plus secrète ».

Une fois le lecteur prévenu, il lui reste donc à plonger dans cette pièce comme dans un rêve.

[...] Claudine Galea fait preuve de beaucoup d’invention. Je reviens de loin est écrit comme une partition musicale, avec prélude, impromptus, premier, deuxième et troisième mouvements. L’auteur indique d’ailleurs que s’il y avait un piano sur scène, ce piano devrait être transparent.

La construction de la pièce est très particulière, explosée, des bribes de voix se répondent, des chansons se chantent, des dialogues sont troublés par des monologues intérieurs, les voisins échangent leur point de vue... Tout un univers de voix pour chercher à rendre visible l’invisible. »

[Laurence Cazaux, Le Matricule des anges, février 2004]

Le texte à l’étranger

Traduction en grec par Dimitra Kondylaki dans le cadre de l’Atelier de Traduction Théâtrale de l’Institut Français d’Athènes et lecture dirigée par Esther Andre Gonzales, le 7 avril 2009.

Vie du texte

Lecture au Studio-Théâtre de la Comédie Française dirigée par Eric Génovèse, le 12 mars 2004.

Lecture au Théâtre des Deux rives de Chareton-le-Pont (94) par la compagnie du Théorème de Planck, le 15 janvier 2007.

Lecture par le Théâtre de la Chélidoine à Saint-Angel (19), le 19 janvier 2007.

Mise en lecture sur France Culture, Atelier Fiction, dans une réalisation de Marguerite Gateau avec Cécile Gérard, Matthieu Létuvé, India Hair, Camille Garcia, Sylvie Amato, Adrien Solis, Elodie Huber, le 8 mai 2013.

Haut